Passer au contenu principal

L’ITF étudie les défis communs aux travailleuses et travailleurs des transports informels et des applications

09 Dec 2019

Les chercheurs de l’ITF ont participé à un atelier visant à examiner les grands défis auxquels sont confrontés les travailleuses et travailleurs des transports de l’économie informelle et de celle des petits boulots.

Organisé par la Rutgers University à l’International Federation of Workers' Education Associations, dans la ville de Cap, du 2 au 4 décembre, l’atelier a réuni des enquêteurs de 10 pays, dont l’Ouganda, les Philippines, la Corée du Sud, le Pakistan et le Nigeria.

L’enquête menée par l’ITF sur les bus à haut niveau de service (BRT) et la formalisation des travailleuses et travailleurs des transports informels a été présentée par Dave Spooner, du Global Labour Institute, qui a aussi mis l’accent sur le récent guide de négociation concernant les BRT et l’évaluation des conséquences de l’introduction des BRT sur l’emploi à Nairobi.

John Mark Mwanika, Président du Comité directeur des transports urbains de l’ITF, a décrit les façons dont l’Amalgamated Transport and General Workers' Union, en Ouganda, a organisé les travailleuses et travailleurs des transports informels des minibus et des mototaxis (« boda »).

Les travailleuses et travailleurs des transports informels sont confrontés à des défis considérables, notamment :

  • des journées extrêmement longues
  • une faible rémunération due au « système d’objectifs »
  • un environnement de travail dangereux et pollué
  • un risque de harcèlement et de violence de la part des passagers, des autres travailleurs et de la police
  • la corruption et les pots-de-vin.

Les syndicats doivent souvent s’adapter pour organiser ces travailleuses et travailleurs, qui n’ont pas d’employeur au sens traditionnel du terme ou de partenaire de négociation.

Les enquêteurs ont discuté des moyens dont ces travailleuses et travailleurs pouvaient relever leurs défis, par le biais :

  • d’une « transition juste » pour les travailleuses et travailleurs informels
  • d’une organisation collective en coopératives, associations et syndicats
  • de modèles opérationnels des transports informels
  • de la formation des chauffeurs aux violences faites aux femmes et de la promotion de l’emploi des femmes dans les transports  

Le groupe d’enquêteurs sur l’économie des petits boulots a signalé que les villes avaient constaté une augmentation de la circulation et une surabondance de taxis du fait de la présence de chauffeurs travaillant pour des applications de transport.

Certains syndicats ont adopté une approche globale de l’organisation de ces nouveaux chauffeurs, en rassemblant les taxis traditionnels et ceux travaillant pour des applications. D’autres chauffeurs ont formé leurs propres syndicats, associations ou coopératives.

Les enquêteurs ont également signalé des similarités avec l’expérience dans les transports informels :

  • les nouveaux chauffeurs ont leurs propres réseaux informels et moyens d’organisation pour tenter d’améliorer leurs conditions de travail
  • leur travail se déroule principalement au sein d’opérateurs privés, les profits et les actionnaires étant la principale motivation de la réduction des coûts d’exploitation via la dégradation des salaires et conditions de travail  

Il a également été souligné que les sociétés de l’économie des petits boulots recueillent de grandes quantités de données sur les passagers et les usagers à des fins de profits privés, mais qu’il devrait y avoir un contrôle démocratique sur ces données et que celles-ci devraient être utilisées dans l’intérêt général.

Enfin, il a été discuté du fait que beaucoup de sociétés de l’économie des petits boulots sont présentes dans de nombreuses villes partout dans le monde, ce qui ouvre la voie d’une organisation, d’une solidarité et d’un renforcement du pouvoir des travailleuses et travailleurs au niveau international.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.