Passer au contenu principal

La Roovolution est en marche

17 Oct 2019

Récemment, l’ITF se faisait l’écho haut et fort d’un accord historique pour les livreurs de repas à domicile et la Confédération Générale du Travail (CGT), basée en France, fait désormais pression sur l’entreprise de livraison de plats cuisinés Deliveroo.
C’est ce qui a amené Jérémy Wick, un livreur, à parcourir 960 km à vélo jusqu’au siège de la société à Londres. En chemin, il a recueilli des signatures pour une pétition de soutien à sa campagne en faveur des droits fondamentaux des travailleurs.
Au moment d’aller remettre sa pétition signée par 66 000 personnes au siège de Deliveroo dans l’Est de Londres, il s’est pourtant vu refuser l’entrée. Des militants de l’ITF l’ont rejoint à Londres.
 
Jérémy Wick est livreur Deliveroo depuis deux ans. S’il a décidé de se lancer dans une telle action, c’est parce que son revenu minimum a été divisé par deux, le plongeant dans une situation où il peut à peine survivre.

Voici les revendications contenues dans sa pétition :

  • Retour d’un tarif minimum par course décent et fixe
  • Remise en place systématique des primes
  • Affichage de la distance réelle avant d’accepter une livraison
  • Reconnaissance d’un corps représentatif de coursiers avec un réel pouvoir de négociation.

Avant de viser le siège à Londres, Jérémy avait adressé ses doléances à la direction de Bordeaux, qui l’avait renvoyé vers la direction parisienne. Mais c’est finalement au siège, à Londres, qu’il a dû se rendre.

Jérémy Wick, qui travaille en moyenne 50 heures par semaine et parcourt plus de 2900 km chaque mois, a déclaré à Left Foot Forward : « Nous voulons que tous les livreurs travaillant pour Deliveroo à travers le monde sachent qu’ils ne sont pas seuls, que nous sommes tous unis et que nous nous battrons côte à côte. Nous transpirons déjà ensemble ; alors maintenant, nous devons nous battre ensemble pour être plus efficaces. »

Un autre livreur Deliveroo, Greg Howard, basé à Londres et militant affilié au syndicat Independent Workers’ Union of Great Britain, était présent aux côtés de Jérémy au siège de la société : « Dans chaque pays où opère Deliveroo, les livreurs sont les dindons de la farce. Verser un salaire inférieur au minimum légal ne lui pose aucun problème, et elle reste sourde à toutes nos demandes en faveur de conditions de travail et de rémunération décentes. »

« La décision de la haute direction de ne pas communiquer avec ces livreurs aujourd’hui ne fait que confirmer son mépris le plus total à l’égard des droits des travailleurs et le recours à des pratiques archaïques honteuses de travail dissimulé. »

« Mais de plus en plus, partout entre Bordeaux et Nottingham, les livreurs se rassemblent pour s’élever contre ces conditions abusives. »

L’équipe des jeunes travailleuses et travailleurs de l’ITF est à la tête de l’action menée en soutien aux travailleurs de l’économie des petits boulots, qui s’organisent afin de jouir d’un traitement équitable, du respect et des droits fondamentaux qui leur reviennent.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.