Passer au contenu principal

Les jeunes travailleuses et travailleurs des transports de l’ITF soutiennent l’appel à l’éducation et à l’égalité dans le monde du travail de demain

Par Baker Khundakji, Responsable des jeunes de l’ITF  

Le travail des jeunes, et des jeunes femmes en particulier, est le plus sensible aux évolutions imprimées par les nouvelles technologies.

La fracture numérique est une réalité pour des millions de jeunes travailleuses et travailleurs. Trois quarts des jeunes actifs occupent un emploi informel, contre 58 % des adultes.

L’automatisation pourrait bouleverser entre 20 et 40 % des tâches accomplies par les jeunes.

Sans action des gouvernements et des syndicats, des millions de jeunes et de travailleuses et travailleurs des transports verront leur emploi se précariser, les cadences s’intensifier, et les protections sociales qu’ils méritent s’éroder.

La mise en œuvre des recommandations de la Commission mondiale de l’OIT sur l’avenir du travail serait un grand pas en avant pour combler cette inégalité dont sont victimes les jeunes.

Un droit universel à l’apprentissage tout au long de la vie comblerait le fossé croissant entre les compétences des uns et des autres. Les étudiants pauvres sont en effet trois fois moins susceptibles de posséder les compétences scientifiques exigées a minima sur le marché du travail d’aujourd’hui.

À Singapour, une équipe de recherche de l’ITF cartographie les compétences numériques dont auront besoin les jeunes travailleuses et travailleurs du monde entier à l’avenir. 

Il faut aider les jeunes dans cette transition en faisant respecter le principe de salaire égal pour un travail de valeur égale. Les jeunes ne doivent pas devenir une sous-classe corvéable à merci.

L’État et les employeurs doivent dégager des ressources suffisantes pour promouvoir activement l’emploi. Dans les pays de l’OCDE, 17% des 20-24 ans ne sont ni au travail, ni en formation. En réduisant cette proportion à 9 %, le PIB mondial pourrait augmenter d’1,2 billion d’USD.

Les jeunes font vivre l’économie des plateformes numériques. Une Garantie universelle pour les travailleurs instituant des droits, un salaire correct, une limitation minimale et maximale du temps de travail, et une dignité pour toutes et tous, indépendamment de l’âge ou du statut d’emploi, devrait être au cœur de l’économie de demain.

D’après les prévisions, « l’économie des petits boulots » devrait peser près de 63 milliards d’USD en 2020. Les nouvelles technologies ne devraient pas servir à spolier les jeunes de la sécurité d’emploi et de l’égalité auxquelles ils ont droit. L’ITF s’emploie à mettre en contact les jeunes travailleurs des transports et à leur donner voix au chapitre pour faire en sorte que le travail pour des plateformes numériques leur assure des conditions d’existences convenables.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.