Passer au contenu principal

Vraquier allemand immobilisé suite aux plaintes de l’équipage faisant état du manque de nourriture, de harcèlements et de permissions à terre refusées

02 Apr 2019
Communiqué de presse
Le vraquier « Anna-Elisabeth » pavillonné au Liberia est immobilisé par les autorités australiennes à la suite des plaintes de l’équipage international d’un vraquier qui faisaient état de l’absence de nourriture suffisante à bord, d’incidents de harcèlement et du refus d’accorder des permissions à terre.

Les plaintes de l’équipage du navire battant pavillon de complaisance (FOC) qui se trouvait à quai à Port Kembla Coal Terminal ont été reçues lundi 25 mars par la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF). Celle-ci a alors immédiatement organisé une inspection ITF, qui a été effectuée dans les deux heures qui ont suivi.
 
Dean Summers, Coordinateur national de l’ITF, a constaté que la vive inquiétude de l’équipage était justifiée. Il a en effet trouvé des réserves de vivres inadéquates à bord et découvert que l’équipage n’était pas descendu à terre depuis le 23 janvier, en Afrique du Sud.
 
« La viande et le poisson présentaient des brûlures de congélation et les stocks de provisions fraîches étaient très bas, et certainement insuffisants pour répondre aux besoins de 17 marins jusqu’à Singapour. Nous soupçonnons que cette compagnie est en grande difficulté financière et cherche à faire des économies partout où elle le peut. Le capitaine a confirmé que la ration alimentaire était de 7 USD par jour pour tous les repas », a déclaré Summers.
 
L’ITF a également été surprise de constater que la compagnie avait une nouvelle catégorie d’équipage, « Deck Rider », sur sa liste d’équipage, ce qui a immédiatement fait naître des suspicions quant aux qualifications de tous les membres d’équipage.
 
L’ITF a demandé que l’Australian Maritime Safety Authority (AMSA, Autorité australienne de la sécurité maritime) procède à l’inspection du navire, en évoquant les problèmes principaux : les permissions à terre, le manque de provisions, le harcèlement et les préoccupations quant aux effectifs minimaux de sécurité et aux qualifications de l’équipage.
 
« Nous avons demandé à l’AMSA de confirmer que l’équipage était qualifié et capable de faire prendre la mer au navire en toute sécurité. On nous a signalé que cette question représente désormais un problème majeur pour la compagnie », a indiqué Summers.
 
Le navire n’a pas été autorisé par l’AMSA à prendre la mer à l’heure prévue (18 h 00) lundi 25 mars, après l’alerte donnée par l’ITF. Mardi 26 mars, des inspecteurs de l’État ont été dépêchés à bord du navire, où une inspection détaillée s’est poursuivie toute la journée.

Le navire a été officiellement immobilisé par l’AMSA en vertu de la Convention du travail maritime. Le registre libérien aurait envoyé un représentant sur le navire en vue de travailler en collaboration avec le capitaine et l’armateur à la rectification de la longue liste de manquements observés.
 
L’armateur allemand, Johann MK Blumenthal, est connu pour son hostilité aux syndicats et sa propension à chercher l’affrontement.
 
« Nous demandons au gouvernement australien d’alerter urgemment les acteurs du secteur maritime afin de contrôler et d’immobiliser les navires de Blumenthal partout où des violations des droits humains et des droits des travailleurs sont constatées. Il est clair que les coûts et le profit sont les seules choses que comprennent ces affameurs d’équipage », a déclaré Summers.
 
« De telles violations ne peuvent qu’être systémiques au sein de cette compagnie et elles sont certainement symptomatiques du système des pavillons de complaisance qui autorise l’exploitation et les pratiques abusives à l’encontre des gens de mer internationaux.
 
« Ces dernières semaines, les inspecteurs ITF en Europe ont découvert d’autres cas de manque de nourriture sur les navires de Blumenthal. Actuellement, Blumenthal est donc une priorité pour l’ITF, et nous allons continuer à inspecter ses navires dans les ports du monde entier pour empêcher que plus de 700 marins employés dans l’ensemble de la flotte de l’armateur soient victimes d’exploitation et de pratiques abusives », a conclu Summers.
 
C’est le dernier exemple en date de navigation FOC et la base de référence inférieure qui détermine aujourd’hui les normes dans le commerce intérieur australien. Les navires FOC dominent le cabotage australien et sont au centre d’un conflit opposant les syndicats maritimes à BHP et BlueScope depuis que ces compagnies ont décidé de remplacer les équipages australiens des deux derniers vraquiers qui employaient encore des gens de mer nationaux par des gens de mer étrangers soumis à des conditions de travail FOC.

Cliquez ici pour télécharger des enregistrements vidéo effectués dans les réserves de vivres pendant l’inspection de l’ITF.

CONTACT
Dean Summers, Coordinateur national de l’ITF | +61 (0) 419 934 648
Luke Menzies, Responsable de la communication maritime de l'ITF | +61 (0) 433 889 844 | menzies_luke@itf.org.uk

À PROPOS DE L'ITF
La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) est une fédération syndicale mondiale démocratique composée de 665 syndicats du secteur des transports, représentant plus de 20 millions de travailleurs et travailleuses dans 147 pays. L’ITF s’emploie à améliorer l’existence des travailleuses et travailleurs des transports à l’échelle mondiale, en encourageant et en organisant des actions de solidarité internationales au sein de son réseau d’affiliés. L’ITF représente les intérêts des syndicats du transport auprès des organes dont les décisions affectent l’emploi, les conditions de travail et la sécurité dans ce domaine.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.