Passer au contenu principal

Syndicats et employeurs s’associent autour d’un projet pour garantir la non-contamination au Covid des gens de mer philippins

09 Nov 2020
Communiqué de presse

La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) et l’International Maritime Employer Council (IMEC) ont lancé un programme de quarantaine et de dépistage amélioré à Manille en vue d’augmenter le nombre de gens de mer philippins qui embarquent sur les navires et en débarquent en pleine crise mondiale de relève des équipages, en tenant compte des préoccupations des gouvernements quant à la nécessité de limiter au maximum la propagation de la pandémie.

La teneur du programme, lancé le 28 octobre, est la suivante :

  • 300 chambres sécurisées aux fins d’isolement, dans le cadre d’un accord contractuel avec deux hôtels de chaînes hôtelières fiables à Manille ;
  • sécurité et surveillance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour garantir le respect de la quatorzaine ;
  • dépistage par test PCR, la référence (gold standard), à l’arrivée des gens de mer et avant leur embarquement ;
  • certification sécurisée des résultats de test grâce à la technologie inviolable de la chaîne de blocs (blockchain) ;
  • sécurisation du transfert vers les aéroports en groupes de cinq personnes maximum (chauffeur inclus) ;
  • recherche de collaboration avec les gouvernements et leurs autorités portuaires et d’immigration s’agissant de la reconnaissance des certificats attestant les résultats des tests de dépistage, de la réduction des durées de quarantaine excessives et de l’augmentation du nombre de changements d’équipages.

Les structures et les processus mis en place feront l’objet d’audits réalisés par des auditeurs tiers indépendants avant de pouvoir figurer sur la liste dite « LISTE BLANCHE » et seront soumis à des audits périodiques réguliers par la suite pour garantir qu’ils restent conformes aux normes. 

Le Secrétaire général de l’ITF Stephen Cotton a déclaré que l’objet même du programme était une collaboration entre syndicats et employeurs permettant d’apporter des solutions dans un contexte de Covid-19.

« La réalité, c’est que, pour l’instant, ce virus est parmi nous. Tant qu’il n’y aura pas de vaccin, nous devons agir tous ensemble pour que les relèves d’équipages s’effectuent en toute sécurité et à beaucoup plus grande échelle qu’aujourd’hui. »

« Pour des raisons environnementales et de sécurité, un navire ne peut être laissé au mouillage dans un port sans équipage. Avant que l’équipage à bord puisse quitter le navire, il est impératif d’avoir un équipage de remplacement prêt à embarquer. »

« Nous estimons que ce système est la manière la plus sûre de permettre aux équipages de relève de rejoindre rapidement les navires de sorte que les gens de mer restés beaucoup trop longtemps à bord puissent exercer leur droit d’être rapatriés. Du point de vue de la sécurité et de l’efficacité, il vaut beaucoup mieux qu’un pays ait la preuve qu’un marin a été placé dans une situation d’isolement gérée et contrôlée et qu’il a été testé négatif à deux reprises avant d’être autorisé à entrer dans ce pays – plutôt que d’imposer à ce marin une période de quarantaine à son arrivée. »

« Après des mois de quasi-inaction de la part de tant de gouvernements face à la crise de la relève des équipages, qui est essentiellement du fait des gouvernements, il appartient aux travailleuses et travailleurs, à leurs syndicats et à leurs employeurs de concevoir des solutions pratiques comme celle-ci pour aider les gens de mer à quitter leurs prisons flottantes et à être relayés par des marins impatients de reprendre le travail et de toucher à nouveau un salaire », a déclaré Cotton.

Le programme est soutenu par les affiliés maritimes de l’ITF aux Philippines AMOSUP et PSU. S’il existe, c’est grâce à une subvention de lancement accordée par l’International Maritime Training Fund d’AMOSUP. Ce fonds ne peut venir en aide qu’aux seuls marins philippins.

Comme le Président de l’IMEC, le capitaine Belal Ahmed, l’a indiqué, le programme a initialement pris forme quand les employeurs et les syndicats ont compris que des solutions plus pratiques étaient nécessaires pour répondre aux préoccupations d’un certain nombre de hubs de relève d’équipages quant à l’authenticité des tests Covid négatifs obtenus aux Philippines et à l’efficacité des procédures de quarantaine avant embarquement suivies par les gens de mer voulant rejoindre le navire.

« Nous étions persuadés qu’il devait forcément y avoir une solution fondée sur des moyens technologiques et des processus qui nous permettrait de dire aux pays : « Le marin a fait sa période de quarantaine dans une structure gérée et contrôlée. Voici son test négatif. À présent, merci de bien vouloir le laisser effectuer son travail ». Grâce à ce nouveau programme, c’est ce que nous pourrons leur dire avec confiance. »

« Nous avons consulté des développeurs de logiciels qui ont fourni la technologie blockchain nécessaire pour rendre inviolables les certificats attestant les résultats des tests Covid PCR », a déclaré Ahmed. « La structure de quarantaine observe des lignes directrices strictes conformément aux règles de quarantaine de Singapour, SHN (Stay Home Notice). C’est indispensable pour s’assurer que l’équipage est à l’abri du Covid-19 pendant au moins 14 jours avant de rejoindre le navire. »

Pour l’instant, seuls les membres de l’IMEC ont accès au programme et aux places dans sa structure.

« Nous allons voir comment fonctionne ce programme au cours des prochaines semaines. Quand nous aurons atteint les résultats que nous voulons obtenir, nous envisagerons de le développer pour faire en sorte que davantage de gens de mer puissent être relevés. »

« J’espère que cela servira de modèle à d’autres quant à la manière de procéder. Ce type d’innovation est extrêmement important pour mettre fin à cette crise humanitaire », a conclu Ahmed. 

Le projet coopère également avec un programme du même genre mis en place par l’Association norvégienne des armateurs qui a été lancé au début du mois et utilise le même hôtel.
 

Notes :

  • Des chambres sont disponibles depuis le 28 octobre, et les réservations sont maintenant acceptées
  • Toutes les demandes de réservations sont à adresser au service de coordination du projet à itfimeccrewchange@amosup.org
  • Cet organigramme fournit des informations plus détaillées sur le déroulement du processus