Passer au contenu principal

La relance des activités de DBF est essentielle à la prospérité de l’Afrique de l’Ouest

01 Jul 2019

Le Président du Comité directeur de la Section des cheminots, David Gobé, était à la tête d’une mission de l’ITF au Mali et au Sénégal, pays où les cheminots connaissent d’énormes difficultés après la fermeture de Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF).

Lors de cette mission, Gobé a rencontré les neuf syndicats qui organisent les cheminots maliens et sénégalais, dont ceux affiliés à l’ITF, en vue de promouvoir une relance durable des activités de DBF.

Aux côtés de Bayla Sow, Représentant de l’ITF pour l’Afrique francophone et la CEDEAO, la délégation de l’ITF a rencontré les confédérations syndicales nationales et plusieurs représentants des pouvoirs publics, notamment des Ministères du travail, de l’infrastructure et des transports, ainsi que du Haut conseil de dialogue social de ces deux pays.

Cette liaison ferroviaire longue de 1 287 kilomètres a joué un rôle important dans l’histoire des deux pays, des centaines de villes et villages développant leur vie socio-économique autour de son existence.

En 2003, le réseau ferroviaire a été privatisé et confié au consortium franco-canadien Transrail. Après la perte de plus de 3 000 emplois, les présidents du Mali et du Sénégal ont mis fin au contrat et créé DBF qui, aujourd’hui, a toujours besoin de 20 milliards de FCFA (30 070 836 EUR) pour reprendre ses activités – les locomotives, wagons et équipements de maintenance étant toujours dans un état déplorable.

Noel Coard, Secrétaire des Sections des transports internes, a déclaré : « Nous assistons une nouvelle fois à une crise bien réelle de la privatisation et à l’impact qu’elle a eu et qu’elle continue d’avoir pour les cheminots et leurs familles au Mali et au Sénégal. La décision économique prise en 2003 de privatiser le réseau ferroviaire et son échec retentissant ont eu un impact social extrêmement défavorable pour les cheminots maliens et sénégalais. Le réseau ferroviaire d’Afrique de l’Ouest est vital pour la survie des nouvelles générations dans la région. Nous devons nous battre pour conserver nos chemins de fer et défendre la justice sociale. »

Un accueil chaleureux

Les cheminots ont réservé un accueil chaleureux à la délégation de l’ITF et lui ont exprimé leurs sincères remerciements pour cette mission historique et porteuse d’espoir.

À Bamako, la délégation de l’ITF a participé à la cérémonie de remise d’un chèque de solidarité de 10 000 euros aux cheminots maliens, offert par la Fédération CGT des cheminots - France.

La délégation a également rencontré des cheminotes maliennes, baptisées « Amazones », qui se sont opposées physiquement à l’arrestation de responsables syndicaux par la police malienne.

En mars 2009, le Secrétaire général de l’ITF, Stephen Cotton, avait écrit au Président du Mali pour l’exhorter à tout mettre en œuvre pour que soient versés aux cheminots maliens leurs arriérés salariaux et pour relancer rapidement les activités de DBF.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.