Passer au contenu principal

Un accord entre l’OIT et l’OACI met en évidence l’importance des normes du travail dans la relance de l’industrie aéronautique mondiale

18 Mar 2022

Un nouvel accord signé aujourd’hui par les organismes internationaux représentant le secteur et les travailleurs de l’aviation civile mondiale reconnaît l’importance de normes de travail décentes au profit des employés de l’aviation tant pour la sécurité, la résilience que pour la relance du secteur de l’aviation mondiale.

Le protocole d’accord signé aujourd’hui par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et l’Organisation internationale du Travail (OIT) inaugure une nouvelle phase de coopération entre les deux organisations.

Gabriel Mocho Rodriguez, Secrétaire de la Section de l’aviation civile de l’ITF, s’est félicité aujourd’hui de cette avancée : « Il s’agit d’un progrès important pour l’industrie aéronautique – et pour les travailleurs du secteur de l’aviation. L’accord OACI-OIT permettra de garantir que les normes internationales du travail, notamment les principes et droits fondamentaux au travail, sont protégées et que les conventions, les recommandations et l’expertise de l’OIT sont désormais officiellement reconnues et prises en compte dans l’élaboration de la politique aéronautique mondiale. »

L’accord précédent entre les organismes internationaux, conclu en 1953, ne s’était jamais concrétisé, hormis la participation réciproque occasionnelle aux réunions. Dans le nouveau protocole d’accord, les organismes sont convenus de renforcer leur coopération par une représentation systématique aux réunions et par des consultations et des échanges d’informations sur les questions d’intérêt commun.

Selon Mocho Rodriguez, si l’accord est effectivement mis en œuvre, la prise en compte des normes du travail dans l’élaboration de la politique de l’aviation mondiale se traduira pour les travailleurs du secteur et pour leurs syndicats à travers le monde par une meilleure reconnaissance et une protection renforcée de leurs conditions de travail et de leurs droits dans les politiques et les réglementation mondiales, nationales et locales de l’aviation.

« L’accord OACI-OIT souligne l’importance et le caractère essentiel des questions que l’ITF soulève au nom des travailleurs de l’aviation depuis des décennies – c’est le cœur même de notre action, » a déclaré Mocho Rodriguez.

Et d’ajouter : « L’ITF reconnaît depuis longtemps l’importance des normes du travail et leur rôle dans la sécurité de notre industrie. Nous allons maintenant veiller à ce que l’esprit du protocole d’accord soit mis en œuvre et que les droits du travail, tels qu’ils sont consacrés, protégés et promus par l’OIT et ses conventions, soient au cœur des discussions consacrées à la reprise, à la croissance et à la libéralisation de l’aviation à l’OACI. »

Au moment où l’OACI œuvre en faveur d’un plan de libéralisation, le rôle de l’OIT sera plus pertinent que jamais pour garantir qu’il ne sera pas porté atteinte aux normes du travail et aux droits des travailleurs dans l’environnement concurrentiel préconisé.

« Le savoir-faire unique de l’OIT sera crucial afin que la libéralisation économique ne se traduise pas par des conditions de travail dégradées dans l’aviation ou par l’essor des pavillons de complaisance dans l’industrie du transport aérien international, » a précisé Mocho Rodriguez.

« Nous abordons cette nouvelle ère en l’anticipant – les possibilités d’appliquer l’agenda du travail décent et les Objectifs de développement durable à travers cet accord ne manquent pas – afin d’œuvrer de concert à l’objectif commun d’une industrie aéronautique durable. »

« L’expérience de l’ITF dans le secteur maritime montre que nous pouvons travailler avec l’OIT et l’OACI sur les questions cruciales auxquelles l’industrie est confrontée, de l’avenir du travail au recrutement des jeunes talents en passant par l’instauration de l’égalité entre les genres, parallèlement à la relance de l’industrie au sortir de la pandémie, » a-t-il ajouté.