Passer au contenu principal

National Express accepte de rencontrer les syndicats après leur manifestation lors de l’assemblée générale

20 May 2016
Union protestors outside the National Express AGM in Birmingham, UK
Le 11 mai, National Express a accepté de rencontrer l’ITF et quatre de ses syndicats suite à la lettre envoyée au Président et au Président-Directeur général du groupe une semaine plus tôt, dans laquelle ils exprimaient leurs inquiétudes concernant l’attitude de la direction.

Dans leur lettre, l’ITF, Aslef, le RMT, TSSA et Unite the Union condamnaient le refus de National Express d’inscrire à l’ordre du jour de son assemblée générale annuelle la résolution des actionnaires réclamant une enquête indépendante sur les violations des droits des travailleurs au sein de sa filiale américaine de bus scolaires, Durham School Services.

Les syndicats, aux côtés du syndicat Teamsters aux États-Unis et d’autres actionnaires institutionnels et particuliers, avaient profité de l’assemblée générale annuelle de National Express du 11 mai pour dénoncer l’incapacité de la société à remédier aux violations des droits des travailleurs et sa suppression du droit de ses actionnaires à voter sur un point d’intérêt.

En avril, l’ITF avait décidé de faire de National Express l’une des sociétés ciblées par sa charte sur les violations des droits des travailleurs, qui engage ses syndicats membres à agir contre les multinationales non respectueuses des droits de leurs personnels.

Le Secrétaire des transports internes de l’ITF, Mac Urata, a déclaré : « Citer National Express au titre de la charte de l’ITF signifie que les Teamsters font maintenant partie d’une campagne syndicale mondiale contre cette société. Nous espérons que cette rencontre marquera le début d’un engagement positif de National Express avec le syndicat pour résoudre les problèmes qui se posent au sein de Durham School Services. »

Le 18 mai, la cour d’appel américaine a refusé de donner gain de cause à National Express dans l’affaire portant sur la victoire électorale des Teamsters à Santa Rosa, en Floride, en 2013. Elle a démonté l’argumentaire de la société, réitérée par le PDG de National Express, Dean Finch, la semaine dernière lors de l’assemblée générale, selon lequel la manipulation d’une urne contenant des bulletins de vote constituait un motif d’invalidation de l’élection, indiquant que cette affirmation « frôlait le risible ». La cour a également confirmé l’arbitrage rendu par le Bureau national des relations de travail enjoignant National Express à commencer à négocier avec le syndicat. 

Rapport des Teamsters sur la manifestation organisée lors de l’assemblée générale annuelle de National Express.

Pour en savoir plus sur les actions syndicales menées lors des précédentes assemblées générales annuelles de National Express, cliquez ici et ici.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.