Passer au contenu principal

L’ITF interpelle le gouvernement irlandais à propos des pêcheurs migrants

14 Feb 2017
Deux jours à peine après la mise en garde lancée par l’ITF à propos des permis accordés aux pêcheurs migrants par le gouvernement irlandais, dont elle craint qu’ils ne « légitiment l’esclavage », l’ancien ministre du travail admet avoir eu vent « d’abus alarmants » et appelle le gouvernement à supprimer le système et à le remplacer.

Celui-ci, qui donne un statut juridique aux travailleurs migrants et protège leurs droits, a été introduit début 2016 après la dénonciation, par l’ITF et plusieurs agences de médias, de l’ampleur de l’exploitation dans le secteur de la pêche en Irlande. Le gouvernement a octroyé 500 permis d’un an aux armateurs, tenus de verser le salaire minimum légal aux migrants et de leur fournir un contrat de travail validé par un avocat. Si elle a salué l’action du gouvernement en la matière, l’ITF a cependant déclaré que sans mise en œuvre et contrôles effectifs, ces permis n’auraient aucune utilité.

Plusieurs des 68 pêcheurs migrants présents à une réunion de l’ITF le 6 février ont signalé être sous-payés et surchargés, travaillant 100 heures par semaine sans repos suffisant. Le Coordinateur de l’ITF pour le Royaume-Uni et l’Irlande, Ken Fleming, a déclaré qu’il fallait agir immédiatement pour faire cesser les abus. Il a demandé à ce que tous les migrants sans papiers travaillant dans la pêche irlandaise soient autorisés à rester dans le pays, ajoutant que les licences de pêche des armateurs devraient être suspendues en cas de non-respect du droit du travail.

M. Fleming a déclaré : « Même le sénateur Gerald Nash qui, en tant que ministre de l’emploi, a participé à la mise en place du système, reconnaît maintenant les lacunes de celui-ci. »

« Les inspections gouvernementales ont permis de découvrir qu’un quart des pêcheurs migrants ne sont pas couverts par le système, et que les armateurs l’utilisent pour abandonner la pratique de rémunération partagée au profit d’un versement du salaire minimum, les équipages travaillant plus de 100 heures pour 350 EUR par semaine. »

L’ITF entend saisir le Parlement européen courant février et rencontrera le Président de la Commission irlandaise des relations professionnelles, chargée de la mise en œuvre du système.

Dernières actualités à ce sujet : Irish Times et The Guardian

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.