Passer au contenu principal

Les gens de mer dénoncent les conditions de travail à bord des navires Blumenthal

22 May 2019
Communiqué de presse
Des gens de mer, travaillant ou ayant travaillé à bord de navires Blumenthal, dénoncent des conditions de travail proches de l’esclavage, soulevant ainsi de grandes inquiétudes quant au bien-être et aux droits des équipages de la flotte internationale de cette société maritime allemande.

La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) a été alertée par d’actuels et anciens membres d’équipage qui lui ont relaté des situations d’intimidation, de menaces et d’abus.

« Ces gens de mer nous ont livré des témoignages poignants, décrivant d’atroces situations d’exploitation et de discrimination à bord des navires Blumenthal, des pratiques qui n’ont aucunement leur place dans le secteur maritime » a déclaré la Coordinatrice maritime de l’ITF, Jacqueline Smith.

Les lanceurs d’alerte, qui ont souhaité garder l’anonymat par crainte de représailles, ont détaillé les heures supplémentaires forcées, les rétentions de salaire, les discriminations fondées sur la nationalité et l’absence de vivres essentiels et d’eau à bord.

« On nous force à dépasser les horaires normaux, mais les heures supplémentaires ne sont pas payées… Les machinistes sont obligés d’effectuer des travaux d’arrimage, mais si quelque chose se passe mal, ils ne seront pas indemnisés. Tout le travail supplémentaire que nous effectuons n’est pas payé. Nous avons un salaire fixe, ce qui signifie que nous touchons le même montant chaque mois, même si nous avons effectué beaucoup d’heures ou de tâches supplémentaires » a déclaré un marin travaillant actuellement pour Blumenthal.

« On nous force à signer une décharge avant de jeter l’ancre dans un port où l’ITF est présente, pour attester que les membres d’équipage de ce navire [Blumenthal] ne souhaitent pas se syndiquer, et on nous menace de poursuites en justice si nous prévenons le syndicat. »

« L’approvisionnement est catastrophique. La nourriture d’un mois doit être économisée pour durer deux mois. Les fruits et légumes sont rares, et certains produits sont réservés aux officiers. Les salaires sont toujours versés tardivement, et on ne peut demander d’avance en espèces à bord » a-t-il ajouté.

Un autre marin, travaillant à bord d’un autre navire Blumenthal, s’est également plaint de l’approvisionnement en vivres de première nécessité : « Il ne nous reste qu’un pack d’eau, et le capitaine nous suggère de boire l’eau de la citerne, alors que celle-ci n’est même pas bonne pour se laver. »

D’anciens membres d’équipage ont également exhorté l’ITF à dénoncer les mauvais traitements infligés par Blumenthal, l’un d’eux expliquant que « les pratiques de ce type d’employeurs doivent être révélées au grand jour. Ils n’ont aucun respect pour les équipages qui se tuent à la tâche pour eux ». Un autre a déclaré : « S’il vous plaît, continuez à traquer ces opérateurs peu scrupuleux qui n’ont pas leur place dans l’industrie maritime. »

Ces témoignages alarmants font suite à l’immobilisation le 26 mars du navire Anna Elisabeth, appartenant à Blumenthal, à Port Kembla, en Australie, après une inspection ayant révélé de graves manquements en matière d’effectifs, de contrats de travail, de permissions à terre et d’approvisionnement en vivres.

Aujourd’hui, l’ITF a appelé le gouvernement allemand et le secteur maritime à condamner vigoureusement les agissements de Blumenthal.

« Nous parlons ici de violations des droits fondamentaux de ces gens de mer. De leur droit d’être rémunérés pour le travail qu’ils accomplissent. De leur droit à se nourrir. De leur droit à la liberté d’association et à la représentation syndicale » a déclaré Smith.

« Aujourd’hui, nous exhortons le gouvernement allemand, les armateurs et l’industrie maritime au sens large, à condamner l’exploitation de ces marins par Blumenthal, et à rejoindre notre appel pour que le président de la société, Dr. Matthias-K. Reith, passe tous les navires sous accords de l’ITF afin de garantir les droits, libertés et conditions de travail des gens de mer » a conclu Smith.

Contacts Médias :
Luke Menzies +61 433 889 844
Sven Hemme +49 1512 7037384

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.