Passer au contenu principal

Changements dans les services de trafic aérien : la sagesse doit primer, préconise l’ITF

22 Oct 2021
Crédit photo : Beckett P

Les contrôleurs et leurs syndicats devraient être associés activement aux décisions sur l’avenir du secteur des services de trafic aérien en cette période de profonds changements politiques et technologiques, estime la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF).

L’appel à mettre à profit à meilleur escient l’expérience et les compétences des aiguilleurs du ciel est lancé à l’occasion de la Journée internationale des contrôleurs aériens, et alors que le secteur de l’aviation doit prendre des décisions cruciales pour son avenir au sortir de la crise sanitaire.

« L’aérien subira les conséquences des réductions de coûts à courte vue pendant encore des années », explique Paul Winstanley, Président du Sous-comité Services de trafic aérien de l’ITF. « Pourtant, partout dans le monde, les prestataires de services de trafic aérien semblent déterminés à supprimer des emplois, à externaliser et à sabrer dans les budgets formation. Le Covid-19 a été une catastrophe pour l’aviation, mais des décisions inconsidérées en cette période de relance risquent d’exacerber la situation. »

La libéralisation n’aide pas

Les contrôleurs aériens ont contribué de façon cruciale à la santé mondiale et à l’économie internationale. Ils ont continué de travailler durant la pandémie, permettant ainsi la distribution de fournitures médicales vitales. Pourtant, il a grandement été question de réduire les coûts vu la diminution spectaculaire du nombre de vols (les services sont généralement financés par des frais prélevés sur chaque vol).

« Les voyages aériens repartent », explique Winstanley, « et la demande commence déjà à dépasser l’offre. Mais au lieu d’augmenter les services, de nombreux prestataires prétextent le Covid-19 pour envisager de nouvelles libéralisations, centralisations et réductions de coûts. »

« Ceci n’aide pas du tout le transport aérien. Nous nous engageons sur la mauvaise voie, une voie qui ne fera que déstabiliser plus encore les services de trafic aérien. »

Un programme de recherche pour stabiliser la gestion du trafic aérien

L’ITF est consciente des difficultés financières engendrées par le Covid-19 pour les services de trafic aérien et continue de réfléchir à des approches assurant leur pérennité et garantissant la sécurité des voyageurs. Notre Fédération a mis sur pied un programme de recherche qui réfléchira à la viabilité et à la durabilité à long terme des différents modèles de facturation. En collaboration avec l’Université de Bristol et des associations de professionnels du secteur, l’ITF analysera le financement des prestataires de services de trafic aérien, dans l’objectif de leur apporter une meilleure stabilité financière, et une plus grande indépendance vis-à-vis des compagnies aériennes.

« Cette crise, et les précédentes, ont montré que les prestataires de services de trafic aérien ont besoin d’un cadre financier stable pour planifier l’avenir et pourtant, c’est le court-termisme qui prévaut actuellement », déplore Winstanley. « Voilà pourquoi les contrôleurs aériens et leurs syndicats doivent être à la table des négociations. Nous connaissons notre travail, nous assurons la sécurité des liaisons aériennes et nous savons ce dont a besoin notre secteur pour aller de l’avant. »