Passer au contenu principal

Seule une nouvelle donne pourra sauver le transport aérien

18 Aug 2020

Le transport aérien est frappé par une deuxième vague, et nous en subissons déjà les contrecoups avec des milliers de pertes d’emplois dans l’ensemble du secteur. L’ITF appelle de toute urgence à une nouvelle donne pour les travailleurs du transport aérien, privilégiant l’assistance, le redressement et la réforme.

Au début de la pandémie de Covid-19, nous avons présenté nos dix principales revendications à l’intention des gouvernements et employeurs et une enquête de l’ITF auprès de nos affiliés a montré que la majorité d’entre eux a déjà mis en œuvre bon nombre de ces revendications au profit de leurs membres, mais souvent seulement pour une période temporaire. Maintenant que les retombées économiques du Covid-19 se font pleinement sentir, nombre des mécanismes de soutien initiaux prévus pour sauver des emplois, soutenir les travailleurs et protéger l’industrie commencent à se tarir, abandonnant l’industrie à son sort dans une lutte désespérée pour sa survie. Nous appelons à nouveau les gouvernements et les employeurs à donner suite à nos principales revendications.

Toutes les parties concernées doivent aider l’industrie à se redresser. Y compris les travailleurs, les employeurs, les autorités de réglementation et les États.

Incidence sur la main-d’œuvre

Cette fois, la deuxième vague n’est pas le Covid-19 mais la menace qui pèse sur l’emploi de centaines de milliers de travailleurs dans l’ensemble du transport aérien mondial. La une des journaux annonce quasi quotidiennement qu’une compagnie aérienne ici ou là licencie des employés ou doit faire face à une catastrophe financière.

Alors que le transport aérien joue en ce moment un rôle si déterminant pour aider chacun d’entre nous à lutter contre les pires effets de la pandémie, cette situation est difficile à accepter. Nos affiliés, comme vos membres, ont fait leur part en mettant les bouchées doubles pour nous soutenir tous ; nous devons à présent les en remercier en faisant de même.

Il n’existe pas de solution miracle pour sauver le transport aérien et tous les emplois et communautés qui en sont grandement tributaires ; le secteur doit passer par une réforme majeure pour assurer sa viabilité à long terme.

Mais nous devons d’abord nous concentrer sur l’aide immédiate afin de mettre un terme à la perte de travailleurs hautement qualifiés, essentielle à l’entretien des infrastructures indispensables au rebond du secteur. L’impact potentiel des pertes d’emplois ne concerne pas le seul secteur du transport aérien, les emplois dans l’aéronautique et le tourisme dépendant aussi fortement de ce secteur.

Si nous voulons redonner confiance aux passagers, il est également essentiel que les travailleurs du secteur se sentent rassurés ; c’est pourquoi l’ITF a défini des conditions claires en vue d’une reprise des activités aériennes en toute sécurité.

Aide financière conditionnelle

Les gouvernements doivent prolonger les dispositifs mis en place au début de la crise afin de permettre au secteur de rebondir. L’aide financière aux entreprises doit également être subordonnée à une réforme à long terme.

La mise en place de groupes de travail nationaux réunissant toutes les parties prenantes sur un pied d’égalité est un bon point de départ. La priorité doit être de veiller à ce que les travailleurs essentiels ne soient pas les victimes de la crise, la protection des emplois et des conditions de travail constituant le pilier central des mesures d’aide financière. Les travailleurs doivent également passer avant les profits, et tout acquis perdu doit être rétabli avant de verser des dividendes aux actionnaires ou d’augmenter le salaire des PDG, lorsque les compagnies aériennes redeviennent rentables.

L’industrie doit également bénéficier d’une aide financière conditionnelle qui encourage le renouvellement de la flotte, notamment en retirant du service les vieux appareils pour les remplacer par des modèles plus récents, plus propres et plus efficaces. La réduction de l’empreinte environnementale de l’industrie du transport aérien est un objectif partagé par toutes les principales parties prenantes ; il est réalisable moyennant une anticipation et une planification appropriées.

Écosystème du transport aérien

Il est essentiel que l’écosystème du transport aérien réponde à l’objectif poursuivi, si l’on souhaite que l’industrie se relève. La sécurité des aéroports et des infrastructures sera déterminante pour redonner confiance aux passagers à l’avenir.

La pandémie de coronavirus a mis en lumière les pièges de la déréglementation et de la privatisation des aéroports, de nombreux gouvernements envisageant une renationalisation ou une mesure similaire afin de protéger les passagers, les emplois et la possibilité de voyager et de maintenir les chaînes d’approvisionnement essentielles.

La construction de nouvelles infrastructures nécessaires pour favoriser la transition vers une industrie plus respectueuse de l’environnement imposera d’importantes dépenses d’investissement à long terme. Ces aéroports plus récents, ou reconstruits, seront un élément essentiel en vue de réduire le risque de futures pandémies pour les passagers, car leur conception pourra s’appuyer sur les connaissances et les expériences les plus récentes. Le capital des travailleurs sera appelé à jouer un rôle majeur dans le développement de ces projets.

Intégration des systèmes

Avec les retombées du Covid-19 sur notre industrie, l’ITF s’efforce de trouver des partenaires stratégiques qui partagent également le souhait de faire campagne pour sauver notre secteur et assurer un retour en toute sécurité des travailleurs et des passagers. Une véritable reprise du secteur doit s’appuyer sur des bases solides et sur la reconnaissance du fait que sans une main-d’œuvre hautement qualifiée, aucun redressement ne sera possible.

Nous continuerons à nouer des relations et à collaborer avec les organisations désireuses de partager notre vision d’une nouvelle donne pour le transport aérien, privilégiant l’assistance, le redressement et la réforme.