Passer au contenu principal

#MakeAmazonPay : Les travailleurs et les syndicats exigent des comptes d’Amazon à l’occasion du Black Friday

01 Dec 2020

Alors que, partout dans le monde, les clients se connectent en masse pour profiter des bonnes affaires du Black Friday, les travailleurs et syndicats se mobilisent pour appeler à plus d’équité de la part d’Amazon et d’autres géants du commerce en ligne.

En cette année ternie par le Covid-19, les travailleurs sont confrontés à de nombreuses épreuves : pertes de salaires, d’emplois et augmentation des risques pour la santé et la sécurité. Mais la pandémie n’est pas dramatique pour tout le monde. Cette année, la valeur d’Amazon a franchi le billion de dollars, et la fortune personnelle de son fondateur, Jeff Bezos, est estimée à 200 milliards d’USD, une première historique.

« Amazon est l’un des plus grands acteurs de l’économie mondiale, et un électron libre. Alors que les travailleurs, les entreprises et les gouvernements ont traditionnellement œuvré ensemble à la construction d’une société plus juste, Amazon s’emploie à détricoter ces acquis dans sa poursuite aveugle du profit à tout prix », a déclaré Stephen Cotton, Secrétaire général de l’ITF.

« Pour ce Black Friday, l’ITF s’associe à la coalition internationale de travailleurs et de militants appelant M. Bezos à changer son fusil d’épaule et à faire en sorte qu’Amazon assume ses responsabilités citoyennes au niveau mondial. Il ne s’agit pas de groupes autocentrés et mal informés utilisant l’image d’Amazon pour faire valoir des causes individuelles, comme l’a prétendu aujourd’hui un porte-parole d’Amazon, mais bien de travailleurs et de défenseurs de l’environnement et de la justice fiscale qui dénoncent l’attitude d’Amazon, société qui prend trop d’une main sans rendre suffisamment de l’autre », explique Cotton.

La nouvelle coalition Make Amazon Pay (« Faire payer Amazon ») appelle à un remaniement en profondeur de l’approche de cette société vis-à-vis des travailleurs, des collectivités et de l’environnement (voir les Revendications communes).

Amazon fonde son empire sur l’exploitation des travailleurs et les violations de leurs droits dans de multiples secteurs, dont ses chaînes de transport. Par exemple, en septembre, un article du Guardian a levé le voile sur ses pratiques commerciales prédatrices et l’exploitation qui caractérise ses chaînes de sous-traitance logistique. Ces révélations exclusives faisaient suite à la publication d’un rapport VNB-ITF-UITA dénonçant le vol salarial, la discrimination, le harcèlement sexuel et les conditions de travail dangereuses que les routiers doivent endurer en Europe pendant la pandémie.

Dans le même temps, en pleine crise mondiale de la relève des équipages, Amazon n’a à ce jour pas fait le moindre geste pour empêcher le travail forcé des gens de mer qui transportent ses marchandises. Près de 400 000 marins sont maintenant piégés à bord de prisons flottantes alors que c’est grâce à eux que l’économie mondiale continue de fonctionner. Cette semaine, la Chambre internationale de la marine marchande ainsi que d’autres organisations maritimes ont adressé une lettre ouverte à M. Bezos pour l’appeler à conduire son entreprise de façon plus responsable.

En réponse aux mauvais traitements des travailleurs et aux pratiques néfastes au cœur du modèle d’entreprise Amazon, entraînant inégalités, dégradations environnementales et pratiques antidémocratiques, des travailleurs, militants et partisans du Brésil, du Mexique, des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Espagne, de France, de Belgique, d’Allemagne, du Luxembourg, d’Italie, de Pologne, d’Inde, du Bangladesh, des Philippines et d’Australie participent à une journée mondiale d’action.

« Nous sommes fiers de nous joindre à nos camarades et amis du monde entier pour appeler Amazon à traiter ses employés de façon équitable, à respecter leurs droits, à payer sa juste part d’impôts et à prendre des mesures concrètes face à la crise climatique. Nous félicitons UNI Global et Progressive International d’avoir initié ce mouvement. Notre force réside dans notre solidarité, et c’est grâce à elle que nous réussirons à faire payer Amazon. Nous vous invitons à nous rejoindre dans ce combat », a conclu Stephen Cotton.

Consultez la page MakeAmazonPay.com et rejoignez-nous.