Passer au contenu principal

L’ITF obtient un engagement de protection des pêcheurs migrants en Irlande

25 Apr 2019
Communiqué de presse
La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) a obtenu du gouvernement irlandais la mise en œuvre de mesures protégeant les pêcheurs migrants contre la traite des êtres humains et l’esclavage moderne.


Johnny Hansen, Président de la Section de la pêche de l’ITF, a salué cet engagement : « Il s’agit d’une avancée bienvenue pouvant véritablement renforcer la protection des droits des travailleurs migrants dans la pêche irlandaise. »

Cet accord clôture une longue bataille juridique dans laquelle l’ITF avait intenté une action en justice contre l’État irlandais à propos de son Programme sur le travail atypique pour les pêcheurs non-EEE, qui favorisait la traite des êtres humains et échouait à enrayer les violations des droits humains à bord des chalutiers irlandais. 

Ken Fleming, Coordinateur de l’ITF au Royaume-Uni et en Irlande, a déclaré aujourd’hui : « Je suis heureux que l’État irlandais ait finalement accepté de reconnaître l’existence d’un problème. Cet accord constitue un pas dans la bonne direction pour les droits des pêcheurs migrants en Irlande. »

« Nous n’aurions pas dû avoir à attendre si longtemps, car les pêcheurs continuent de travailler jusqu’à 20 heures par jour en n’étant payés que huit heures, tandis que les règles destinées à les protéger ne sont pas appliquées. Nous continuerons à suivre la situation de près. » a expliqué Fleming.

Dans le cadre de ce nouvel accord sur l’immigration, les travailleurs non européens ne seront plus liés à des employeurs individuels. Les pêcheurs auront maintenant la liberté de quitter un chalutier s’ils sont victimes d’exploitation ou de conditions de travail abusives, et de chercher un autre emploi sans avoir à craindre la déportation.

Ce nouvel accord verra également le gouvernement irlandais introduire des mesures visant à :

  • renforcer les réglementations sur les salaires, le temps de travail, le temps de repos et les effectifs minimaux de sécurité à bord des navires de pêche ;
  • sanctionner adéquatement les employeurs qui enfreignent les conditions du Programme sur le travail atypique ;
  • améliorer la coopération entre les organismes publics qui inspectent les navires de pêche ;
  • empêcher les armateurs de déduire les frais de permis des salaires des pêcheurs ; et
  • fournir aux pêcheurs des informations sur les droits au travail dans leur langue maternelle.

« L’ITF a négocié cet accord de bonne foi, mais que le gouvernement soit bien conscient que nous ne relâcherons pas notre vigilance et que nous veillerons à la mise en œuvre des mesures pour qu’elles aient un effet réel et positif sur la vie des pêcheurs les plus vulnérables. » a déclaré Hansen.

« Nous voulons également envoyer un message clair à d’autres pays : notre action dépasse le cadre des frontières irlandaises. L’Irlande n’est pas le seul pays dans lequel les pêcheurs migrants sont horriblement exploités, et nous continuerons de nous battre pour les droits des pêcheurs partout dans le monde dès que nous constatons des abus. » a conclu Hansen.

 

Contact : Andy Khan-Gordon, Responsable des communications de l’ITF, +44 7711 356 964, media@itf.org.uk  

 

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.