Passer au contenu principal

Les syndicats exhortent les gouvernements à soutenir une convention de l’OIT sur la violence au travail

02 Mar 2015
Partout dans le monde, les affiliés de l’ITF appellent les gouvernements et les organisations d’employeurs à réclamer une convention de l’OIT pour endiguer la violence sexiste au travail, dans le cadre des préparatifs de la Journée internationale de la femme du 8 mars.

Les affiliés soutiennent la campagne de la CSI qui vise à convaincre le Conseil d’administration de l’OIT de décider, lors de sa prochaine réunion qui se tiendra du 12 au 27 mars, d’une norme internationale sur la violence à l’égard des hommes et des femmes au travail. Lors de sa précédente réunion, en novembre 2014, le Conseil d’administration avait reporté cette décision. Dès lors, les syndicats veulent cette fois être certains que cette proposition d’une importance vitale figurera en bonne place à l’ordre du jour.
 
La violence sexiste au travail constitue une violation des droits humains et peut prendre des formes multiples, notamment des violences sexuelles et des mauvais traitements physiques, verbaux et psychologiques. À l’heure actuelle, dans une majorité de pays, les instruments de violence sexiste sont principalement axés sur la criminalisation des auteurs, système dans lequel la charge de la preuve est plus contraignante et qui ne permet pas d’aborder la question dans le contexte professionnel.
 
La Coordinatrice des travailleuses des transports de l’ITF, Alison McGarry, a déclaré : « Cette norme internationale changerait profondément les choses, et j’exhorte tous nos affiliés à accentuer les pressions pour qu’elle puisse devenir réalité. Insistez auprès des gouvernements et des employeurs ! »
 
« Entre 40 et 50 % des femmes subissent des avances sexuelles non sollicitées, des contacts physiques ou d’autres formes de harcèlement sexuel au travail. La convention réduirait ces risques et accroîtrait l’indépendance économique des femmes et leur productivité au travail. Elle contribuerait également à améliorer la santé et la sécurité au travail et les relations entre employeurs et travailleurs, et à instaurer une culture au travail dans laquelle la violence sexiste n’a pas sa place. »
 
Aux États-Unis, l’affilié de l’ITF Teamsters s’est associé à plusieurs groupes pour envoyer une lettre aux représentants des employeurs à l’OIT, pour les exhorter à soutenir la convention.
 
Les affiliés de l’ITF planifient diverses activités à l’occasion de la Journée internationale de la femme, notamment l’expression de leur solidarité avec la responsable syndicale Jimena López, licenciée de son poste de personnel de cabine chez LAN Équateur en octobre 2014.
 
Vous trouverez sur le site 8march2015.org toutes les informations et tous les supports dont vous avez besoin pour faire forte impression en cette Journée internationale de la femme. N’oubliez pas d’en parler sur vos propres réseaux et sites Internet, et d’informer l’ITF de vos activités.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.