Passer au contenu principal

Les gens de mer du monde entier saluent le message de soutien du Pape François à leur égard en cette difficile période de crise de relève des équipages

23 Jun 2020

Mercredi, le Pape François a publié un message vidéo dans lequel il rendait hommage aux gens de mer et aux pêcheurs, et soulignait les difficultés qu’ils rencontrent dans ce contexte de pandémie de Covid-19.

S’adressant directement aux gens de mer et aux pêcheurs, qui sont des centaines de milliers à avoir été abandonnés en mer sans pouvoir descendre à terre ou être relevés depuis le début de la pandémie, le Pape François a déclaré : « Ces derniers mois, votre vie et votre travail ont été profondément bouleversés ; vous avez dû faire, et continuez de faire, de nombreux sacrifices. »

« Passer de longues périodes à bord sans pouvoir descendre à terre, être séparé de sa famille et de ses amis, être loin de chez soi, craindre d’être contaminé… Tout ceci est un fardeau lourd à porter, maintenant plus que jamais » a-t-il ajouté.

La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) félicite le Pape François d’avoir rendu hommage aux héros méconnus de cette pandémie – les gens de mer et les pêcheurs. Ces héros qui continuent de transporter 90% des marchandises mondiales, assurent l’acheminement de denrées essentielles et de fournitures médicales vers leur destination finale, et continuent de pêcher et de fournir des produits de la mer au monde entier.

Malgré le rôle vital des gens de mer et pêcheurs durant cette pandémie, certains gouvernements se refusent à défendre leurs droits humains fondamentaux, en particulier celui de rentrer au pays au terme de leur contrat, certains navigant parfois depuis 15 mois.

Alors que les pays maintiennent leurs frontières fermées, empêchant ainsi les relèves d’équipage, cette question s’élève aujourd’hui au rang de crise humanitaire. Le désespoir de ces équipages fatigués et abandonnés va croissant. À l’ITF, les appels de détresse des gens de mer affluent. Leurs messages sont empreints de désespoir, de frustration et de désillusion grandissante face à l’incertitude sans fin à laquelle ils se trouvent confrontés.

« Les louanges et prières du Pape François pour les gens de mer et pêcheurs touchés par la pandémie sont une nouvelle illustration de la gravité de la situation. L’ITF, aux côtés de ses partenaires sociaux et sectoriels, appelle une nouvelle fois les gouvernements à monter au créneau et à faciliter les relèves d’équipage. Les États du pavillon n’assument pas leur responsabilité de protection des droits humains des gens de mer » a déclaré le Président de l’ITF, Paddy Crumlin.

« Jusqu’à présent, les gouvernements ont négligé leurs responsabilités en matière de défense des droits humains, et la détresse des équipages abandonnés sur les mers du monde entier en est la conséquence. Beaucoup de gens de mer croyants attendent un geste fort des gouvernements, et notamment du leur, pour qu’ils ouvrent leurs frontières et fassent preuve de compassion en cette période de crise. »

« Le message du souverain pontife constitue pour les gouvernements l’occasion de saisir la balle au bond en accordant aux gens de mer les visas et dérogations aux restrictions de déplacement dont ils ont besoin pour quitter leur navire et être relevés » a expliqué Crumlin.

Le message du Pape François s’inscrit dans le sillage du premier sommet de responsables de syndicats des transports, industriels et employeurs organisé au Vatican en mars 2019 par le Chancelier de l’Académie pontificale des sciences.

« L’année dernière, l’ITF s’est engagée envers un dialogue continu avec l’Église catholique et les organisations confessionnelles et, surtout, l’adoption d’une vision commune pour promouvoir les droits syndicaux et humains et relever certains des plus grands défis de notre temps, dont la justice sociale, économique et environnementale. Nous attendons avec intérêt l’occasion de poursuivre cette initiative d’importance. » a déclaré Crumlin.

« L’actuelle pandémie de coronavirus reflète l’ampleur des défis auxquels nous sommes confrontés, et en particulier de ceux qui, au sortir de cette crise, ont le potentiel d’exacerber les inégalités existantes, en particulier pour les femmes et les travailleurs informels. Ceci renforce le besoin continu de dialogue et de coopération entre les syndicats et l’Église pour protéger l’emploi, enrayer l’exploitation et préserver les droits syndicaux » a conclu Crumlin.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.