Passer au contenu principal

Les dérogations aux brevets permettront de sauver des millions de vies, les gouvernements doivent agir maintenant

21 May 2021
Crédit : Hindustan Times, Getty Images

Les syndicats des transports aux quatre coins du globe exhortent ce jour même les gouvernements mondiaux à soutenir la dérogation à l’Accord sur les droits de propriété intellectuelle à l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) afin de lutter contre le Covid-19.

Face aux conséquences dévastatrices de la maladie, qui frappe en plein cœur les pays du monde entier – en particulier l’Inde – les gouvernements sont exhortés à soutenir la proposition de l’Inde et de l’Afrique du Sud à l’OMC.

La proposition appelle à une dérogation à certaines dispositions de l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) afin de faciliter « la prévention, l’endiguement et le traitement » du virus Covid-19, mais se heurte à la résistance de quelques pays et blocs puissants.

Seule une action planétaire commune permettra d’éliminer le Covid-19. Pour ce faire, nous devons lever tous les obstacles à la production, à la distribution et à l’accès aux vaccins, aux traitements et aux diagnostics.

Malgré des signes prometteurs de reprise dans les pays à revenu élevé, où la moitié de la population a parfois déjà été vaccinée contre la maladie, la pandémie poursuit sa course destructrice dans les pays du Sud. Des variants plus meurtriers encore et plus transmissibles font des ravages en Inde et au Brésil, et nous constatons à présent une augmentation brutale des cas en Thaïlande, au Yémen, en République centrafricaine, en Irak, au Cameroun, au Venezuela, en Colombie et au Pakistan, où la progression est d’au moins un cinquième au cours du dernier mois.

Ces vagues dévastatrices dans les pays du Sud menacent la reprise en tout point du globe. Malgré les restrictions de voyage et les tentatives d’isolement des souches, leur émergence se poursuit, même dans les pays où des programmes de vaccination ont été déployés à grande échelle. Personne ne sera à l’abri tant que la totalité de la population ne sera pas protégée.

L’Organisation mondiale de la Santé a dénoncé un « déséquilibre choquant dans la distribution des vaccins ».

Alors qu’une personne sur deux a déjà été vaccinée dans certains pays à revenu élevé, cette proportion tombe à un niveau sidérant d’à peine une personne sur plus de 500 dans les pays à revenu faible. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’UE ont acheté de façon anticipée suffisamment de doses pour vacciner leur population entière au moins deux fois, et la dernière analyse en date montre que 87 % des doses ont été administrées dans les pays les plus riches. Dans le même temps, dans des pays comme la Tanzanie, le Tchad, la Libye et la République démocratique du Congo, on enregistre des taux de vaccination nuls pour certains, ou de moins de 0,1 % de la population pour d’autres.

L’attitude de ces quelques pays qui contribuent à aggraver l’inégalité vaccinale en faisant obstacle à la dérogation à l’Accord sur les ADPIC et à l’accès universel aux vaccins, traitements et équipements anti-Covid-19 n’est pas digne d’un monde civilisé.

Les profits des entreprises ne sauraient primer sur la vie humaine.

« L’urgence est là. Le Conseil des ADPIC se réunit le 8 juin ; nous disposons donc de trois semaines pour nous assurer qu’ils feront ce qu’il faut. L’opposition du Conseil à cette dérogation reviendra à condamner des millions de personnes, » a déclaré Stephen Cotton, Secrétaire général de l’ITF.

« Le message que nous adressons aux gouvernements qui bloquent la dérogation est simple : la vie humaine est plus importante que les profits des entreprises. Seul l’accès universel aux vaccins, traitements et équipements anti-Covid-19 permettra d’empêcher des décès évitables. »

« Vendredi, le monde entier aura les yeux rivés sur le Sommet mondial sur la santé du G20. Ils doivent agir justement et appuyer la proposition de l’Inde et de l’Afrique du Sud à l’OMC. Toute autre proposition ne fera que ralentir le processus, à l’heure où tant de personnes tombent malades et meurent. Tous les pays du G20 doivent soutenir cette proposition. Partout dans le monde, nos syndicats se battront pour qu’il en soit ainsi, » a déclaré Cotton.