Passer au contenu principal

Svitzer sollicite la résiliation de sa convention collective : une décision qui pourrait mettre en danger les chaînes d’approvisionnement australiennes et nuire à la réputation de Maersk

02 Feb 2022
Communiqué de presse

L’opérateur de remorquage portuaire Svitzer, filiale d’A.P. Møller-Mærsk, a demandé à mettre fin à la convention collective dont bénéficient l’ensemble de ses effectifs australiens. Cette initiative pourrait bien exacerber encore les difficultés rencontrées dans les chaînes d’approvisionnement nationales. Selon les syndicats, cette proposition marque un tournant malheureux, mais somme toute majeur, dans l’approche jusqu’ici constructive dont Maersk faisait preuve à l’égard des travailleuses et travailleurs des transports et de leurs droits, ces dernières années.

« Depuis le début de la pandémie, les syndicats travaillent main dans la main avec les gouvernements et les instances en charge du transport sur des mesures visant à éviter l’effondrement des chaînes d’approvisionnement, » a déclaré Stephen Cotton, Secrétaire général de la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF).

« Ces deux dernières années, entreprises et syndicats, tous secteurs du transport confondus, ont uni leurs forces pour permettre au monde de traverser les multiples épreuves dues à la pandémie. Des entreprises, dont Maersk, se sont ralliées activement à l’ITF et à bon nombre de nos affiliés du secteur maritime pour tenter de résoudre la crise de relève des équipages en mer, » a déclaré Cotton.

« Entretenir des relations du travail matures et respectueuses est bel et bien possible, et nous tenons à le souligner. La conduite d’un dialogue constructif, impliquant l’ensemble des acteurs, est même la seule façon de relever les défis communs auxquels le secteur est confronté – qu’il s’agisse de sécuriser les chaînes d’approvisionnement ou d’engager le transport maritime sur la voie de la durabilité. »

Cotton a déclaré qu’il était important que tous les pans du Groupe Maersk défendent les droits des travailleurs à la liberté syndicale et à la négociation collective, que consacrent sans détour certaines dispositions des conventions C87 et C98 de l’Organisation internationale du Travail.

« Tout travailleur qui le souhaite a le droit de se syndiquer librement, de former et de rejoindre un syndicat indépendant, et de négocier avec son employeur par l’intermédiaire de ce syndicat. La reconnaissance, par Svitzer, du droit des opérateurs de remorqueurs à la liberté syndicale et à la négociation collective doit être le fondement même de tout dialogue constructif engagé afin d’y remédier. »

« Svitzer ne doit pas s’engager dans un nivellement par le bas aveugle, qui ne ferait qu’aggraver la situation des opérateurs de remorqueurs et rendrait nos chaînes d’approvisionnement beaucoup moins sûres. Nous savons que Svitzer est capable de revoir sa conduite en Australie, et ainsi commencer à refléter le meilleur des valeurs de Maersk – dont certaines ont été mises en actes, comme nous avons pu le voir, durant cette pandémie. »

« Nous encourageons Svitzer à s’asseoir à la table avec nos affiliés pour tenter de résoudre ensemble cette situation, afin que nous puissions revenir à notre objectif collectif qui est de garantir, pour les ménages et les entreprises d’Australie, des chaînes d’approvisionnement maritimes aptes à leur apporter la nourriture, le carburant, les médicaments et les biens de consommation dont ils ont besoin. »

« Le secteur du remorquage est essentiel à la sécurité de nos chaînes d’approvisionnement. Tout comme les contrôleurs aériens sont responsables du trafic aérien en survol et en approche, les opérateurs de remorqueurs dirigent les navires dans les ports : sans eux, rien ne bouge. La concentration et l’habileté de ces travailleurs permettent d’éviter que les conteneurs ne s’accumulent, que des navires n’aient à faire marche arrière ou n’entrent en collision, et pire encore, » a déclaré Cotton.

 

Le Groupe Maersk devrait agir comme chef de file pour permettre au secteur du remorquage de s’extraire de ce processus aveugle de nivellement par le bas

Yury Sukhorukov, Président de la Section de la navigation intérieure de l’ITF, a déclaré qu’A.P. Møller-Mærsk avait la responsabilité éthique d’amener l’ensemble des secteurs dans lesquels il opère vers de meilleures normes en matière de rémunération et de conditions de travail, ainsi que de santé et de sécurité.

Si Svitzer parvient à mettre fin à la convention collective, des centaines de travailleurs australiens de l’industrie des remorqueurs et du remorquage devraient alors se contenter du minimum légal en matière de rémunération et de conditions de travail. Cela entraînerait la perte des acquis syndicaux concernant la limitation des heures de travail excessives, ô combien essentielle pour éviter la fatigue.

« Bien qu’un tel comportement soit inacceptable de la part d’un employeur, quel qu’il soit, il est d’autant plus décevant que les travailleurs maritimes et nos syndicats ont travaillé d’arrache-pied pour établir des relations industrielles solides et respectueuses avec Maersk et ses filiales. Grâce à ces relations mondiales constructives, le Groupe Maersk a pu engranger des revenus colossaux durant la pandémie – mais à présent, l’entreprise a préféré changer d’approche en appuyant l’antagonisme sans vergogne de Svitzer envers les travailleurs de notre secteur important, mais rarement apprécié à sa juste valeur, du remorquage, » a déclaré Sukhorukov.

Yury Sukhorukov, Président de la Section de la navigation intérieure de l’ITF, a déclaré que Maersk avait tiré partie de sa collaboration avec les travailleurs maritimes et leurs syndicats tout au long de la pandémie. I (Crédit : SUR)

Le Président a déclaré que les premières analyses réalisées par les chargés de recherche de l’ITF au sujet des principaux secteurs de risque pour les chaînes d’approvisionnement mondiales avaient identifié les services de remorquage dans les ports comme un risque important.

« Le ‘nivellement par le bas’ qui gangrène de nombreux marchés de remorquage, où les opérateurs se livrent à une concurrence par les prix, abaisse inévitablement le niveau des normes de travail et de sécurité, » a poursuivi Sukhorukov.

« Là où les équipages de remorqueurs voient leurs salaires diminuer, ou leurs effectifs réduits à un niveau si ridicule qu’il en devient dangereux – le seul but étant, pour les opérateurs, de réduire la masse salariale et ainsi être en mesure de soumettre des offres sans cesse plus compétitives – des erreurs sont commises. Il n’est pas raisonnable que les compagnies maritimes et autres clients portuaires fassent peser autant de risques sur ce secteur névralgique – une augmentation des accidents et des blessures et un blocage des chaînes d’approvisionnement sont autant de conséquences auxquelles nous devons nous attendre. »

« Dans le contexte actuel difficile imposé par la pandémie et les tensions sur les chaînes d’approvisionnement, syndicats et employeurs devraient s’efforcer de travailler main dans la main, chaque fois qu’ils en ont l’occasion, pour garantir aux travailleurs un traitement équitable, une protection et l’amélioration de leurs conditions. C’est sous cette perspective que nous devons nous engager sur un cheminement commun, en laissant de côté ces conflits industriels inutiles qui émanent de manœuvres agressives telles que celle esquissée par Svitzer, » a déclaré Sukhorukov.

Et d’ajouter que si Svitzer estime réellement que l’entreprise n’est pas en mesure de gérer une activité de remorquage rentable tout en versant des salaires équitables et en assurant des conditions de sécurité à bord, l’ITF recommandera alors vivement à Svitzer de s’adresser à sa société mère afin d’user de la présence considérable de la division Maersk Shipping Line sur le marché et ainsi réduire les pressions à la baisse exercées sur les sociétés de remorquage telles que Svitzer.

« Il est dans l’intérêt à long terme de Maersk d’assurer la sécurité du secteur du remorquage. J’ai la conviction que si le Groupe Maersk s’autorise à prendre un peu de recul pour envisager une vision plus globale, il comprendra que la sécurité, la sûreté et la stabilité du secteur du remorquage profitent à tout un chacun. Aussi, nous attendons avec intérêt que Maersk réaffirme son soutien en faveur des droits des travailleurs du secteur du remorquage à négocier collectivement des salaires équitables, des emplois sûrs et des heures de travail et de repos aptes à ne pas mettre en danger le travailleur – le tout bien entendu dans le cadre d’une nouvelle convention collective conclue avec nos syndicats homologues en Australie, » a déclaré Sukhorukov.

Les syndicats parties à l’accord en vigueur sont le Maritime Union of Australia (MUA), l’Australian Institute of Marine and Power Engineers (AIMPE) et l’Australian Maritime Officers (AMOU), tous affiliés à l’ITF.