Passer au contenu principal

Soutien total de l’ITF au personnel chargé du nettoyage des avions Korean Air en grève

26 Jul 2019
Le personnel chargé du nettoyage des avions en grève chez Korean Air est pleinement soutenu par la famille de l’ITF aux quatre coins du globe.

Représentés par le Syndicat coréen des travailleurs des services et des transports publics (KPTU), ces employés se sont lancés dans une campagne de grève du zèle intermittente et diverses actions de grève à la suite de l’échec des négociations engagées avec leur direction. Exposés à une forte répression pour avoir fait valoir leurs droits fondamentaux, les travailleurs et travailleuses ont entamé mardi une action collective d’une durée indéterminée.

En réponse à ces mesures, l’employeur du personnel de nettoyage a engagé des poursuites contre 12 militants syndicaux, pour un total de 110 millions de wons (soit 930 000 dollars US). Ces militants ont également vu leurs comptes bancaires gelés, alors même que l’action est toujours en instance.

Bien qu’étant chargé du nettoyage des cabines de Korean Air, le personnel est employé par une entreprise de sous-traitance, EK Manpower, sous contrat avec Korean Airport Service, qui est une filiale de la compagnie aérienne. Leurs conditions d’emploi, à savoir une rémunération au salaire minimum et de piètres conditions de travail, illustrent clairement les méfaits de la sous-traitance et de la privatisation pour ce qui est des normes du travail dans le secteur de l’aviation.

La semaine dernière, le Secrétaire de la Section de l’aviation civile de l’ITF, Gabriel Mocho Rodriguez, a écrit aux dirigeants d’EK Manpower et de Korea Airport Service, exigeant qu’ils mettent un terme à la répression des militants et les informant de ce que l’ITF soutiendrait toute intensification des efforts en cours jugée nécessaire par le personnel et le KPTU.

Depuis, un certain nombre d’affiliés de l’ITF – y compris l’International Association of Machinists and Aerospace Workers, l’International Brotherhood of Teamsters, et le Conseil des travailleuses et travailleurs de l’aéroport de Toronto – ont également écrit aux dirigeants afin d’exprimer leur solidarité à l’égard du personnel de nettoyage sud-coréen.

La Corée du Sud n’en est pourtant pas à son premier avertissement : l’Organisation internationale du Travail (OIT) l’a déjà mise en garde à plusieurs reprises en raison du recours massif des employeurs à l’externalisation et de leur tendance à poursuivre en justice les militants syndicaux. Le pays n’a pas encore ratifié les conventions fondamentales de l’OIT sur la liberté syndicale et la négociation collective, qui marqueraient son engagement envers des pratiques de travail équitables dans l’ensemble de son économie.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.