Passer au contenu principal

L’Argentine limite pour la première fois l’exposition des personnels navigants aux rayonnements cosmiques

17 Mar 2021

Le gouvernement argentin, sa compagnie aérienne nationale et les représentants syndicaux ont publié une nouvelle directive recommandant aux travailleurs de l’aviation dont l’exposition aux rayonnements cosmiques est supérieure à 6 mSv/an d’arrêter de voler.

Un lien a été établi entre exposition excessive aux rayonnements cosmiques et problèmes de santé, dont des cancers et des fausses couches. Il est vital, pour la sécurité des personnels navigants, de surveiller les niveaux d’exposition et d’en vérifier régulièrement les effets sur leur santé.

L’AAA (Asociación Argentina de Aeronavegantes), affilieé à l’ITF, fait pression depuis plus de deux ans pour obtenir ces recommandations. L’AAA, le gouvernement argentin et la compagnie aérienne Aerolineas Argentinas se sont mobilisés pour publier ensemble une Fiche technique sur les rayonnements cosmiques dans l’aviation commerciale, qui contient des recommandations de limites de l’exposition aux rayonnements cosmiques pour les travailleurs de l’aviation civile.

« C’est un outil essentiel pour prendre soin de la santé de nos personnels navigants, fondé sur des bases scientifiques solides » a déclaré Pablo Brey, Secrétaire Général de l’AAA. « C’est un exploit historique pour l’aviation en Amérique latine. »

Les rayonnements cosmiques sont semblables à d’autres rayonnements ionisants émis par les centrales nucléaires ou les appareils de radiographie. Nous sommes constamment bombardés par des particules venant de l’espace, et notamment du soleil, mais au sol nous sommes largement protégés contre ces effets par l’atmosphère de la Terre.

Parce que la couche protectrice fournie par l’atmosphère est plus mince aux altitudes auxquelles volent les avions commerciaux, l’exposition aux rayonnements ionisants est bien plus grande. Les personnels navigants sont donc généralement exposés à des niveaux plus élevés de rayonnements que les travailleurs dans les centrales nucléaires ou les opérateurs d’appareils de radiographie.

Il est techniquement impossible d’assurer une protection contre les rayonnements cosmiques et il n’existe pas de dosimètres personnels pour mesurer la dose d’exposition.

Il est toutefois possible d’estimer l’exposition en se basant sur les plans de vol. La durée d’un vol, son altitude, l’heure de la journée et la proximité des régions polaires sont tous des éléments qui affectent l’exposition et permettent de la calculer. 

Un vol de Rome à Buenos Aires au cours de la journée, par exemple, exposerait un travailleur de l’aviation à 0,0374 mSv de rayonnements. La nouvelle directive recommande que les travailleurs dont l’exposition est supérieure à 1 mSv/an soient soumis à des examens médicaux et que ceux dont l’exposition dépasse 6 mSv arrêtent de voler. 1mSv est l’équivalent de 27 vols Rome-Buenos Aires et une exposition de 6 mSv serait équivalente à 160 vols environ. Les travailleurs sur des liaisons intérieures, donc de plus courte durée, de Bariloche à Buenos Aires par exemple, pourraient faire plus de 1 150 vols de ce type avant d’atteindre la limite de 6 mSv.

En tenant compte des enquêtes de l’AAA et des recommandations de la Commission internationale de protection radiologique, le Directeur en charge des Risques professionnels au Ministère du Travail en Argentine, a fait les recommandations suivantes :

Aux compagnies aériennes :

  • Ne plus prévoir de vols pour les personnels navigants qui ont atteint une dose d’exposition de 6 mSv/an, qui est la limite absolue.
  • Déclarer les travailleurs qui ont dépassé 1 mSv/an en tant que « personnel exposé à des rayonnements » afin de mettre en place des examens médicaux.
  • Utiliser tous les systèmes disponibles pour surveiller les doses reçues par tous les personnels navigants.
  • Mettre les calculs de doses effectués à la disposition des travailleurs.
  • Prévoir les programmes de vols pour les personnels navigants de façon à ce que la dose d’exposition calculée ne dépasse pas 6 mSv/an.
  • Créer un dossier médical pour chaque travailleur exposé à des rayonnements.
  • Offrir une formation sur la prévention de l’exposition aux rayonnements cosmiques.

Aux travailleurs :

  • Ne plus voler si après calcul, la dose reçue est supérieure à 6 msV/an.
  • Les femmes enceintes doivent immédiatement déclarer leur grossesse à la compagnie aérienne.
  • S’assurer de bien connaître la question de l’exposition aux rayonnements cosmiques.
  • Demander à leur employeur des informations sur la dose calculée pour les vols sur lesquels ils travaillent.
  • Accepter d’être soumis à des examens médicaux périodiques.

« C’est une belle réussite pour la protection de la santé des personnels navigants dans le monde entier et tout particulièrement dans l’hémisphère Sud » a déclaré Gabriel Mocho Rodriguez, Secrétaire de la Section de l’aviation civile de l’ITF. « Il n’existait aucune étude récente sur l’impact des rayonnements cosmiques sur les personnels navigants qui volent dans l’hémisphère Sud. Cela démontre combien la participation des travailleurs est essentielle pour le développement de la santé et la sécurité au travail dans l’aviation civile. »

« Cet important effort témoigne de la qualité de nos affiliés, qui sont toujours au premier plan pour ce qui est de la sécurité des travailleurs de l’aviation civile. L’ITF salue cette réussite majeure d’importance mondiale » a déclaré Edgar Díaz , Secrétaire régional de l’ITF pour les Amériques.