Passer au contenu principal

Des gens de mer ukrainiens escroqués par Kharatyan rentrent chez eux grâce aux syndicats

28 Aug 2020

Le 12 août, le Syndicat des travailleurs des transports maritimes d'Ukraine (MTWTU), affilié à la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), a aidé 6 marins ukrainiens à rentrer chez eux après avoir été dupés par un faux agent de manning notoire.

Au début du mois de juillet, 20 gens de mer ukrainiens ont signé des contrats d’engagement par l’intermédiaire de l’agent de manning ukrainien Artur Kharatyan, fondateur de Kharatyan Crew Management, pour travailler à bord des navires MV Arif Kaptan et MV Rachel Borchard. Peu après la signature des contrats, Kharatyan a transporté les équipages jusqu’à Karasu, la ville turque où ils étaient supposés embarquer.

Les gens de mer ont été envoyés à l’hôtel à Karasu, en attendant leur embarquement pour une nouvelle période de service. Mais c’est là que les choses ont commencé à devenir suspectes. Les jours passaient et les marins n’embarquaient toujours pas. L’agent de manning les informait cependant que la relève des équipages était sur le point de commencer – ils devaient juste patienter un peu plus longtemps.

Quelques jours se sont transformés en plus d’une semaine, puis deux. Et tout d’un coup, Artur Kharatyan a cessé de communiquer avec les gens de mer et éteint son téléphone.

Les gens de mer ont attendu pendant des jours, tandis que l’escroc Kharatyan continuait de leur promettre qu’ils allaient embarquer et commencer leur contrat. Promesse qui ne s’est jamais concrétisée.

Sans nouvelles de Kharatyan et désœuvrés dans ce port étranger, les marins ukrainiens voyaient maintenant leurs problèmes s’aggraver. Leur séjour à l’hôtel n’avait pas été payé, que ce soit par les armateurs ou par l’agent de manning, et au bout d’un moment, les marins ont découvert qu’ils avaient accumulé des dettes considérables à Karasu, leurs frais d’hébergement et de repas n’ayant pas été acquittés. Le propriétaire de l’hôtel a confisqué leurs passeports pour garantir le remboursement des dettes contractées. Les marins étaient désormais bloqués en Turquie.

Le premier Vice-président du MTWTU Oleg Grygoriuk a souligné qu’avant d’entreprendre un voyage pour rejoindre un navire, les gens de mer devraient consulter les différents sites web et applications mobiles disponibles gratuitement pour vérifier la position des navires et s’assurer que les propos tenus par les agents de manning et les armateurs concordent avec les informations accessibles au public.

« Aucun des marins n’avait pensé à vérifier les navires ni leur position avant de signer le contrat ou de se rendre en Turquie. S’ils avaient demandé conseil au MTWTU, ils auraient su qu’il était important de le faire », a remarqué Grygoriuk.

« Ensuite, quand le problème est apparu, notre syndicat a contacté les propriétaires des deux navires, qui lui ont appris que ni l’un ni l’autre n’avait jamais eu de quelconques relations avec Kharatyan Crew Management. Incroyablement, cela fait déjà trois ans que le MV Arif Kaptan est désarmé et qu’il n’est plus opérationnel ! »

Selon Grygoriuk, ce n’est pas la première fois que des gens de mer sont victimes de Kharatyan, personnage « sans scrupules ».

« Depuis maintenant plusieurs années, des procédures pénales sont en cours contre l’escroc Kharatyan pour extorsion visant des gens de mer et pour avoir touché des pots-de-vin de leur part », a indiqué Grygoriuk.

« Pour couronner le tout, les 20 marins ukrainiens avaient dû payer Kharatyan entre 1 500 USD et 7 000 USD chacun pour conclure les faux contrats. »

Début août, 14 des marins sont rentrés chez eux en Ukraine à leurs propres frais. Les six marins restants n’étaient pas en mesure de régler les frais d’hébergement dus au propriétaire de l’hôtel de manière à récupérer leurs passeports. De plus, beaucoup d’entre eux n’avaient pas les moyens de rentrer chez eux depuis la Turquie.

« C’est à ce moment-là que le MTWTU a demandé le soutien de l’ITF », a confié le Premier vice-président Grygoriuk.

Oleksandr Dimchev, Vice-consul ukrainien à Istanbul, est parvenu à obtenir une réduction des frais d’hébergement des marins.

« Une fois les frais d’hébergement réglés, nous avons pu immédiatement récupérer les passeports des gens de mer. De l’argent leur a été envoyé pour acheter de la nourriture et des produits essentiels et nous leur avons réservé les premiers vols retour disponibles. Comme l’équipage s’était préparé à passer des mois en mer, nous avons acheté des bagages supplémentaires, et nous nous sommes occupés d’organiser les transferts de l’hôtel à l’aéroport d’Istanbul et de l’aéroport de Kiev Borispol à Odessa », a expliqué Grygoriuk.

Le 12 août, les six marins étaient rentrés sains et saufs à Odessa depuis Karasu.

« Les gens de mer dupés veulent maintenant se joindre aux plus de 50 autres victimes de Kharatyan, l’agent de manning sans scrupules, afin d’obtenir l’assistance des instances chargées de faire respecter la loi pour mettre fin aux menées de cet homme. »

L’un des marins rapatriés, le capitaine Oleg Lunyov, est reconnaissant à l’ITF de son assistance, mais toujours déçu et furieux de la façon dont les gens de mer ont été escroqués par Kharatyan.

« Notre équipage voulait vraiment travailler. Nous faisions confiance aux personnes qui nous avaient promis du travail et nous donnaient de l’espoir en ces temps extrêmement difficiles. Au nom de mon équipage malheureusement victime d’un escroc, je tiens à exprimer ma profonde gratitude à l’ITF », a-t-il déclaré.

« Nous avons été témoins du professionnalisme de l’équipe de l’ITF et de l’assistance fournie par le syndicat ukrainien. »

Les gens de mer ukrainiens remercient l’ITF et le MTWTU de leur avoir apporté assistance et soutien pour qu’ils puissent rentrer chez eux après avoir été trompés par un faux agent de manning notoire.

Le cuisinier Valeriy Rak, un autre marin concerné par cette escroquerie, a déclaré : « Vu que c’était censé être mon tout premier engagement sur un navire, l’expérience a été très mauvaise et amère. Mais qu’y puis-je ? Je remercie l’ITF ; nous sommes à présent de retour chez nous. Nous voulions gagner un peu d’argent, mais nous n’avons pas eu de chance. Il n’est pas aisé de trouver un emploi en ces temps difficiles – nous aurions accepté n’importe quel travail. »

« Merci à l’ITF d’avoir été à nos côtés et de nous avoir apporté son soutien », a-t-il ajouté.

L’histoire des équipages bernés a été très largement médiatisée dans la presse ukrainienne locale, attirant ainsi l’attention sur le problème des escroqueries visant les gens de mer.

Revenant sur cette affaire, Oleg Grygoriuk, MTWTU, a confié : « Nous espérons que cela incitera d’autres marins à faire les vérifications qui s’imposent à propos d’un lieu de travail potentiel – un navire – avant de se déplacer où que ce soit ou de faire confiance à des intermédiaires douteux ».

Et de conclure : « Comme toujours, contactez votre syndicat. Nous ne voulons pas que vous soyez pris pour victimes ou que l’on profite de vous. Nous sommes là pour vous aider. »