Passer au contenu principal

Covid-19 : L’ITF et l’UTT se réjouissent du débarquement d’un équipage en danger

19 May 2020

Grâce aux efforts coordonnés de l’affilié uruguayen de l’ITF Unión de Trabajadores del Transporte (UTT), de l’inspecteur de l’ITF au Chili Juan Villalon Jones et du Bureau régional sud-américain de l’ITF, les autorités uruguayennes ont autorisé la création d’un couloir humanitaire en vue du débarquement de l’équipage du Greg Mortimer, navire de croisière sous pavillon des Bahamas (OMI 9834648) ayant passé deux mois en haute mer avec un équipage infecté par le Covid-19.

Le 15 mars, le Greg Mortimer a quitté le port d’Ushuaia, en Argentine, quatre jours après la déclaration de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) élevant le Covid-19 au rang de pandémie. Une semaine plus tard, les premiers symptômes sont apparus parmi les passagers, qui se sont toutefois vu interdire de débarquer en Argentine et au Chili, les gouvernements de ces deux pays ayant fermé leurs frontières et leurs ports. Avec l’autorisation du gouvernement uruguayen, le navire est arrivé le 27 mars au port de Montevideo, où une opération s’est déroulée pour ramener les passagers à terre et les rapatrier. L’équipage a cependant été contraint de rester à bord malgré la propagation du virus sur le navire.

Sur les 83 membres d’équipage à bord, 39 marins ont été testés positifs au Covid-19. L’un d’entre eux, un marin philippin, est malheureusement décédé.

Le 20 avril, ayant appris le nombre élevé de membres d’équipage infectés et confinés dans des cabines sans conditions d’hygiène appropriées, le Secrétaire général de l’UTT Francisco del Gaudio a contacté l’équipage pour lui proposer le soutien du syndicat et de l’ITF.

Selon les informations communiquées à l’UTT par les membres d’équipage, la connectivité à Internet a été interrompue pour empêcher les fuites d’informations sur la gravité de la situation, notamment la confirmation que deux membres d’équipage confirmés positifs au virus étaient chargés de distribuer la nourriture, ainsi que les tentatives de suicide de membres d’équipage provoquées par l’anxiété et l’incertitude régnant à bord. Formulées à la suite de messages alarmants des gens de mer, les demandes répétées d’informations qui ont été adressées à la société par l’affilié italien de l’ITF en tant que syndicat ayant conclu l’accord et par l’ITF sont restées sans suite.

En réaction aux pressions exercées par l’UTT, le gouvernement uruguayen a finalement annoncé vendredi dernier, le 8 mai, que les 83 membres d’équipage seraient autorisés à débarquer et placés en quarantaine, recevraient les soins médicaux appropriés, et seraient ensuite rapatriés.

Adan Suarez, Vice-président de l’UTT, a souligné qu’il était réconfortant de voir la joie des membres de l’équipage quand on leur a appris qu’ils allaient débarquer.

Francisco del Gaudio, Secrétaire général de l’UTT, a commenté : « Ces semaines ont été très difficiles pour l’équipage du Greg Mortimer. Ce remarquable accomplissement doit cependant nous encourager à poursuivre ensemble notre combat pour les gens et de mer et pour tous les travailleuses et travailleurs des transports qui sont exposés au risque de contracter le Covid-19. »

Edgar Díaz, Secrétaire régional par intérim de l’ITF, a mis en exergue les efforts incessants et la grande solidarité dont l’UTT a fait preuve, avec le soutien de l’ITF, pour aider l’équipage du Greg Mortimer. Il a en outre réaffirmé que l’un des principes fondamentaux de l’ITF consiste à apporter une assistance aux syndicats, à leurs membres, et aux travailleuses et travailleurs des transports en général lorsqu’ils sont en difficulté, ce qui est particulièrement important en cette période où les travailleuses et travailleurs des transports jouent un rôle crucial dans la lutte contre le Covid-19 et pour surmonter cette crise.

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.