Passer au contenu principal

Après quatre années passées sur un navire abandonné, le marin Mohammad Aisha rentre chez lui grâce à l’ITF

26 Apr 2021
Communiqué de presse

Le marin Mohammad Aisha embarque ce soir à bord d’un avion pour retourner dans sa Syrie natale, mettant fin à une bataille de quatre ans au cours de laquelle il a été contraint de vivre sur un navire abandonné dans le canal de Suez en l’attente de la vente du bateau.

M. Aisha est libre grâce à l’ITF qui a proposé que l’un de ses représentants syndicaux en Égypte le remplace en qualité de mandataire judiciaire du navire.

M. Aisha a assuré les fonctions de second capitaine du MV Aman (IMO 9215517), battant pavillon bahreïni, pendant deux mois seulement avant que le navire ne soit immobilisé par les autorités égyptiennes en raison de l’expiration de ses certificats d’équipement de sécurité.

Après l’abandon du navire par le propriétaire, un tribunal égyptien a désigné M. Aisha comme « mandataire judiciaire », lui interdisant de quitter l’Aman jusqu’à la vente du cargo ou la désignation d’un mandataire de remplacement.

Sur le navire, privé de propulsion, les insectes et les rongeurs pullulaient. M. Aisha devait rejoindre la côte à la nage pour recharger son téléphone et trouver de la nourriture et de l’eau.

Mohammad Aisha à l’aéroport du Caire, en Égypte, sur le chemin du retour vers la Syrie- (Crédit :  ITF)

Une proposition syndicale débloque la situation

La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), la fédération syndicale mondiale des gens de mer, intervient quasiment au quotidien auprès des autorités portuaires et des responsables de l’immigration pour plaider le cas de M. Aisha.

Le coordinateur du réseau Monde arabe et Iran de l’ITF, Mohamed Arrachedi, a déclaré qu’après des mois de frustration face à l’inaction de l’armateur, du pavillon de Bahreïn et des autorités égyptiennes, la semaine dernière a été marquée par une avancée. L’ITF a proposé au tribunal que l’un de ses représentants syndicaux en Égypte prenne la place de M. Aisha et devienne le mandataire judiciaire du cargo.

« Lorsque nous avons proposé à l’un de nos contacts de l’ITF de remplacer Mohammad Aisha, le tribunal a donné son accord et nous avons alors pu faire avancer les procédures d’immigration nécessaires et organiser les tests PCR Covid afin d’accélérer son retour au pays. »

Le marin Mohammad Aisha en compagnie du contact de l’ITF qui s’est porté volontaire pour le remplacer en qualité de mandataire judiciaire du MV Aman, permettant ainsi à M. Aisha de rentrer chez lui - (Crédit :  ITF)

« Mohammad a perdu quatre ans de sa vie. »

« C’est l’un des cas d’abandon les plus éprouvants qu’il m’ait été donné de traiter, car Mohammad doit endurer cette situation désespérée depuis si longtemps déjà. Force est de constater que les souffrances infligées à Mohammad auraient pu être parfaitement évitées si l’armateur et les autres parties ayant des obligations à son égard et envers le navire avaient fait ce qu’il fallait dès le début. »

« Tant de choses ont changé ces quatre dernières années. Mohamad pourrait avoir du mal à reconnaître son pays, la Syrie. Certains membres de sa famille sont morts il y a des années. A cause de ces retards accumulés, il ne reverra jamais sa mère, et c’est vraiment triste. »

« Mohammad a perdu quatre ans de sa vie. »

Mohamed Arrachedi a déclaré que M. Aisha peinait à croire que le cauchemar qu’il a vécu, piégé à bord de l’Aman, avait enfin pris fin.

« Bien sûr, il est très heureux, mais il est très fatigué. Son retour chez lui a été marqué par tant de faux-départs. Tant qu’il n’était pas à bord de l’avion, pour nous rien n’était acquis, » a ajouté M. Arrachedi.

Le marin a confié à la BBC comment il se sentait quelques minutes avant le décollage de son avion : « Comment je me sens ? Comme si j’étais enfin sorti de prison. Je vais enfin retrouver ma famille. Je vais pouvoir les revoir. »

Le marin Mohammad Aisha peine à croire que son cauchemar de quatre ans est enfin terminé - (Crédit :  ITF)

Ne se laissant pas décourager par ses quatre années passées à bord de l’Aman, Mohammad souhaite toujours faire carrière dans la marine, selon M. Arrachedi.

« Nous lui souhaitons tout l’amour du monde pour reconstruire sa vie, » a déclaré le coordinateur.

Cependant, M. Aisha n’en a pas encore terminé avec cette affaire, car la fédération syndicale internationale se bat maintenant pour récupérer ses salaires – une bataille souvent nécessaire lorsque les armateurs abandonnent leurs navires.

« Il est absolument inacceptable que l’on demande aux gens de mer de payer les coûts très élevés d’un abandon. L’abandon est le cancer de l’industrie maritime et il doit être éradiqué, » a déclaré M. Arrachedi.

Jour après jour, le coordinateur du réseau Monde arabe et Iran de l’ITF Mohamed Arrachedi a plaidé en faveur de M. Aisha. « Nous lui souhaitons tout l’amour du monde pour reconstruire sa vie, » a déclaré M. Arrachedi. (Crédit : ITF)
 

Le système de la « garde judiciaire » doit être réformé

Selon M. Arrachedi, le cas de Mohammad Aisha a mis en lumière les problèmes que pose le système égyptien de la « garde judiciaire » dans les cas d’abandon de gens de mer.

« La désignation de gens de mer comme mandataire judiciaire crée d’énormes difficultés et leur impose des souffrances considérables. »

Le cas de M. Aisha est similaire à celui de Vehbi Kara, un capitaine turc qui avait été retenu à bord d’un navire dans le canal de Suez pendant des mois, après la décision d’un tribunal égyptien de le désigner comme mandataire judiciaire du vraquier abandonné MV Kenan Mete (IMO 8701935). Grâce à l’action de l’ITF, le capitaine Kara a été libéré et a pu rejoindre un hôtel voisin, mais il ne peut toujours pas quitter l’Égypte.

Mohammad Aisha devait rejoindre la côte à la nage pour recharger son téléphone et trouver de la nourriture pendant les quatre années passées à bord du navire abandonné MV Aman - (Crédit :  ITF)

FIN

Notes :

  • Pour assurer la tranquillité de M. Aisha, l’ITF ne proposera ni n’organisera aucune interview de l’intéressé avec les médias.
  • Nous vous informons que l’ITF n’est pas en mesure de répondre à toutes les demandes d’interviews de M. Arrachedi et invitons les médias à se référer aux commentaires fournis ci-dessus.

À propos de l’ITF : La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) est une fédération syndicale démocratique dirigée par ses affiliés, reconnue comme l’autorité mondiale en matière de transports. Nous nous battons passionnément pour améliorer le quotidien des travailleuses et travailleurs, unissant les syndicats de 147 pays pour obtenir des droits, l’égalité et la justice pour leurs membres. Nous sommes la voix de près de 20 millions de travailleuses et travailleurs des transports du monde entier, dont plus d’un million de gens de mer.

Contact médias :    media@itf.org.uk      +44 20 7940 9282