Passer au contenu principal

L’ITF appelle Transports Canada à interdire l’arrimage à bord des navires sur le Saint-Laurent après le décès d’un marin

28 May 2019
Communiqué de presse
Aujourd’hui, la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) a appelé Transports Canada à interdire aux équipages étrangers d’effectuer des travaux d’arrimage dangereux à bord de navires sur le Saint-Laurent, après le décès d’un marin le dimanche 19 mai.

Ravindu Lakmal Pieris Telge, second officier sri lankais, est tombé à l’eau alors qu’il travaillait à bord du porte-conteneurs Patras, de la société Maersk, vers 9h30. Son corps n’a hélas pas encore été retrouvé, malgré des recherches intensives.

Les enquêtes menées par Transports Canada et l’ITF semblent indiquer que le marin a basculé par-dessus bord alors qu’il effectuait des travaux d’arrimage. Ses collègues affirment qu’il était le seul à ne pas porter d’équipement de protection antichute.

Le coordinateur canadien de l’ITF, Peter Lahay, a déclaré aujourd’hui : « Il s’agit d’une situation tragique pour la famille, les amis et les collègues de ce marin. Hélas, nos pires craintes à propos des risques que prennent les gens de mer en arrimant des charges sur le Saint-Laurent se sont réalisées. »

« Les premiers rapports indiquaient que cet incident s’était produit lors de la chute d’une échelle de pilote, mais après avoir parlé à l’équipage et après enquête plus approfondie, nous avons constaté qu’il n’en est rien. Ce marin manipulait une barre d’arrimage de quatre mètres de long pesant près de la moitié de son poids, quand il est tombé par-dessus bord. »

« Nous attendrons les conclusions de l’enquête officielle, mais d’après les premiers résultats de notre enquête, de graves questions se posent quant à la fatigue des équipages et aux procédures de sécurité à bord. »

L’ITF a déjà rencontré Transports Canada pour lui faire part de nos inquiétudes et fournir des preuves des risques que prennent les gens de mer qui effectuent des travaux d’arrimage à bord des navires sur le Saint-Laurent.

« Nous avions déjà exhorté le gouvernement canadien à faire cesser ces pratiques dangereuses. Il est indéniable que l’arrimage est un travail dangereux, rendu plus dangereux encore par des conditions climatiques extrêmes et la fatigue chronique de l’équipage » a déclaré Lahay.

« L’ITF ne cesse de le répéter : il est temps d’arrêter de mettre la vie des gens de mer en danger. L’éprouvant et dangereux travail d’arrimage et de sécurisation des conteneurs ne doit être effectué que par ceux qui possèdent la formation et l’expérience nécessaires : les dockers » a conclu Lahay.

Rob Ashton, Président de l’International Longshore and Warehouse Union of Canada, a également déclaré aujourd’hui : « Il est étrange et absurde que les travaux d’arrimage dangereux à bord des porte-conteneurs soient effectués dans les docks partout au Canada, sauf à Montréal. Il n’y a qu’à Montréal qu’on arrime et désarrime des conteneurs quand le navire est en mouvement. Cette pratique dangereuse est interdite partout dans le monde. »

« Le port de Montréal devrait accepter sa responsabilité et garantir la sécurité des gens de mer et de l’environnement. Quand les gens de mer sont fatigués, des accidents se produisent et des personnes perdent la vie. Ravindu Telge ne rentrera plus jamais auprès de sa famille. Ces drames doivent cesser » a indiqué Ashton.

L’ITF a invité Maersk à se joindre à l’appel qu’elle lance à Transports Canada et au Port de Montréal pour que les travaux d’arrimage soient effectués par des dockers qualifiés.

Contact : Luke Menzies +61 433 889 844

Publier un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.