Passer au contenu principal

La Semaine d’action de l’ITF braque les projecteurs sur les effroyables conditions de travail dans le secteur du transport routier, et propose des solutions

21 Oct 2021
Crédit : TWU Australia
  • Faire d’une pierre deux coups : remédier à la pénurie de main-d’œuvre et aux déficits de sécurité en responsabilisant les enseignes au sommet des chaînes d’approvisionnement pour promouvoir une revalorisation des salaires et une amélioration des conditions de travail.
  • Des actions qui iront de l’Australie à la Corée du Sud, et gagneront le reste du monde : partout, les travailleuses et travailleurs réclameront des taux de rémunération garants de la sécurité, des conditions de travail équitables et une réglementation des chaînes d’approvisionnement

En Australie, rien que la semaine dernière, des accidents de la route impliquant des poids-lourds ont fait 10 victimes, dont deux routiers, selon le Transport Workers Union (TWU). Il ne s’agit là que de l’une des terribles conséquences des modèles d’entreprise aberrants actuellement en vigueur dans le secteur du transport routier.

La grève des travailleuses et travailleurs de la société de logistique StarTrack, en Australie, donnera le coup d’envoi de la Semaine d’action pour le travail décent et la sécurité dans le secteur du transport routier de l’ITF (Fédération internationale des ouvriers du transport) aujourd’hui [21 octobre], d’autres actions n’étant pas à exclure dans ce pays la semaine prochaine. 

Le TWU appelle les sociétés de transport à garantir la sécurité d’emploi, et le gouvernement fédéral australien à établir un tribunal indépendant pour instaurer des conditions de travail et de rémunération équitables et enrayer le nivellement par le bas dans le secteur.

« Obtenir des garanties d’emploi de la part des employeurs du transport routier constitue une première étape vitale en vue de la sécurité des chaînes d’approvisionnement », a déclaré Stephen Cotton, Secrétaire général de l’ITF. « Mais une solution réelle à l’échelle du secteur ne deviendra réalité que quand les entreprises au sommet des chaînes d’approvisionnement assumeront leurs responsabilités concernant les conditions de travail et la sécurité des routiers. »

« Ceci donne tout son sens à la revendication du TWU, qui appelle à la création d’un nouveau tribunal pour instaurer des normes sectorielles et exiger des comptes de ces employeurs économiques. Il a été prouvé qu’il existe un lien de cause à effet entre les longs temps de conduite à des heures difficiles et le nombre d’accidents de la route. Les pressions commencent au sommet de la chaîne, avec les multinationales qui font appel aux services de transport routier. Cette Semaine d’action ne porte pas seulement sur l’amélioration de la sécurité d’emploi, mais vise aussi à sauver des vies et à assurer la pérennité du secteur. »

C’est le moment d’agir

Cette Semaine d’action coïncide avec l’aggravation des problèmes d’approvisionnement partout dans le monde, de nombreux pays connaissant des pénuries de chauffeurs routiers et un engorgement de leurs ports.

« Ceci s’explique en partie par le rebond économique au sortir du Covid-19 », indique Cotton, « mais le fait est que les exigences inhumaines de nombreuses enseignes en ligne – ce que l’on appelle « l’effet Amazon » – donnent lieu à un modèle intenable. La solution saute aux yeux : donnez aux routiers des conditions de travail et de rémunération acceptables, et vous n’aurez plus aucun problème de pénurie d’effectifs. »

En Corée, les routiers ont voté en faveur d’une grève, et annonceront des plans d’action en soutien à la législation sur les taux de rémunération garants de la sécurité au début de la Semaine d’action. La Corée a mis en place le système des taux de rémunération garants de la sécurité, qui instaure un socle de normes minimales pour les conditions de travail et de rémunération des routiers, en vue d’améliorer la sécurité routière. Cependant, de grandes sociétés de logistique et leurs clients exercent des pressions pour que ce système soit abrogé, alors que son efficacité est prouvée. À l’échelon mondial, les syndicats joindront leurs voix aux actions de solidarité qui ciblent les ambassades coréennes.

« Nous sommes très émus par la solidarité dont font preuve les syndicats du monde entier, qui joignent leurs voix à la nôtre pour exiger le maintien et le développement du système coréen de taux de rémunération garants de la sécurité », explique Bongju Lee, Président de la Division Solidarité avec les chauffeurs routiers du Syndicat coréen des travailleurs des services et des transports publics (KPTU-TruckSol). « Nous nous lançons dans la bataille en sachant que le combat pour des taux de rémunération garants de la sécurité en Corée constitue un pan important d’une croisade mondiale contre les conditions de travail dangereuses et intenables dans les chaînes du transport routier. »

Les syndicats du transport routier s’élèvent contre la « pénurie mondiale de travail décent »

Les chaînes d’approvisionnement accusent des retards en peu partout en Amérique du Nord et en Europe, la pénurie de chauffeurs routiers prenant des proportions catastrophiques.

Plus tôt dans le mois, le Royaume-Uni a annoncé la mise en place d’un système de visa temporaire pour les routiers non britanniques, pour tenter de continuer d’assurer l’approvisionnement des stations-service et des rayons des supermarchés. Aux États-Unis, le Président Biden lui-même est intervenu pour qu’une solution soit trouvée à l’engorgement du port de Los Angeles, dû en partie à la pénurie de chauffeurs routiers portuaires. Après sa rencontre avec les syndicats, les sociétés de logistique et les opérateurs portuaires, il a été décidé que le port, et ses chauffeurs, travailleraient maintenant 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.

« Le problème actuel, ce n’est pas tant le manque de routiers que la pénurie de travail décent », a déclaré Jim Hoffa, Président général de l’International Brotherhood of the Teamsters et Président de la Section des transports routiers de l’ITF.

« Les routiers portuaires sont classés dans la mauvaise catégorie d’emploi. Souvent, leur salaire n’atteint même pas le minimum vital, et ils sont traités comme des moins-que-rien. Les enseignes au sommet des chaînes d’approvisionnement, qui ont tiré profit de cette situation intenable, doivent rendre des comptes. Nous sommes heureux de nous battre aux côtés des travailleuses et travailleurs du transport routier du monde entier cette semaine pour trouver une solution à cette crise. »

Un tribunal californien a récemment enjoint XPO Logistics à verser 30 millions d’USD à 784 routiers et anciens routiers, confirmant qu’il était bien illégal de les avoir catégorisés comme indépendants plutôt que comme salariés. La nouvelle loi SB 338 adoptée plus tôt dans le mois rendra les enseignes qui font appel à XPO conjointement responsables dans de futurs cas de mauvaise classification.

Semaine d’action de l’ITF pour le travail décent et la sécurité dans le secteur du transport routier

La Semaine d’action de l’ITF pour le travail décent et la sécurité dans le secteur du transport routier se tiendra du 21 au 28 octobre. Durant cette semaine, les syndicats de l’ITF du monde entier passeront à l’action – depuis la remise de lettres aux ambassades coréennes en signe de solidarité et de soutien au système des taux de rémunération garants de la sécurité en Corée, à des pressions sur les gouvernements et les entreprises pour soutenir le travail décent et la sécurité dans le secteur du transport routier, visés par les Principes directeurs sur la promotion du travail décent et de la sécurité routière dans le secteur des transports adoptés à l’OIT en 2019.

En plus des Taux de rémunération garants de la sécurité, l’ITF promeut ces Principes directeurs en tant que solution qui rendra les gouvernements, les sociétés de transport et les clients responsables de l’application de normes pour tous les chauffeurs routiers, indépendamment du statut d’emploi et de la relation contractuelle, dont :

  • les droits à la liberté syndicale et à la négociation collective
  • des protocoles de sécurité et de santé au travail, des formations et des mesures de prévention
  • la transparence des documents et des relations contractuelles
  • le développement de l’emploi des femmes au travers d’une meilleure gestion de la chaîne du transport routier pour permettre un équilibre vie privée-vie professionnelle, prévenir la violence et le harcèlement et garantir des installations sanitaires adéquates  
  • un devoir de diligence en matière de droits de l’homme
  • des inspections et contrôles

Dans le cadre de la Semaine d’action, les syndicats manifesteront en faveur de meilleures conditions de travail et d’une réglementation des chaînes du transport routier dans pas moins de 20 pays, notamment en Ouganda, au Sénégal, au Kenya, aux Comores, en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Corée du Sud, au Pakistan, au Népal, en Inde, à Maurice, au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas, en Italie, en Suède, en Espagne, en Palestine et aux États-Unis.