Passer au contenu principal

Argentine : victoire des contrôleurs aériens grâce à leur action minutieusement planifiée

22 Jul 2021

En Argentine, le syndicat des contrôleurs aériens doit sa victoire à son action revendicative minutieusement planifiée et à un large soutien international.

L’affilié de l’ITF Asociación Técnicos y Empleados de Protección y Seguridad a la Aeronavegación (ATEPSA) a décroché d’importantes augmentations salariales ainsi qu’une meilleure sécurité d’emploi pour les contrôleurs aériens argentins, et ce malgré la farouche opposition de la société publique EANA, qui gère les services de trafic aérien dans le pays.

Le Covid-19 entraîne une grave crise de l’aérien, à laquelle l’EANA n’échappe pas, ses recettes ayant plongé avec la suppression des vols. Mais il est extrêmement dangereux et risqué de réduire les coûts du trafic aérien sans compromettre la sécurité. Par ailleurs, les analystes prédisent à l’Argentine un taux d’inflation supérieur à 50% cette année, ce qui signifie que ne pas augmenter les salaires revient en réalité à fortement les réduire.

« Les aiguilleurs sont responsables de la vie de milliers de personnes et de millions de pesos de marchandises », a déclaré Jonathan Doino, Secrétaire général de l’ATEPSA. « Ils sont essentiels à la sécurité aérienne, mais se retrouvaient pourtant à ne plus avoir les moyens de nourrir leur famille. »

Le conflit a atteint son paroxysme quand l’EANA a licencié plusieurs agents sans raison valable ni préavis, ce qui a été perçu comme un geste hostile par le syndicat. La société a invoqué des mesures disciplinaires pour des erreurs remontant à plusieurs années afin de harceler les militants.

« Il n’est pas rare que dans ces situations où ils sont mis sous pression, les travailleurs réagissent de façon explosive », explique Gabriel Mocho Rodriguez, Secrétaire des Sections de l’aviation civile et des services touristiques de l’ITF. « Mais ce n’est pas la bonne attitude à avoir. Si l’action est démesurée, le gouvernement peut la déclarer illégale et forcer les grévistes à reprendre le travail. »

Dans ce cas précis, l’ATEPSA a soigneusement planifié sa riposte, ciblant des vols privés et du fret aérien plutôt que des vols commerciaux. Les arrêts de travail ne duraient généralement que quelques heures. Il y a eu une seule grève de 24 heures. Cette approche s’est voulue extrêmement éthique, pour qu’aucun vol transportant du matériel médical ou d’autres fournitures essentielles ne soit affecté.

« Même si une action de ce type a peut-être pris plus de temps qu’une grève pure et dure, elle a fait passer le message efficacement et convaincu l’EANA de s’asseoir à la table des négociations avec un esprit plus ouvert », a indiqué Mocho. « Cette stratégie intelligente a payé. »

Durant les 18 jours d’action, 20 avions-cargos ont été retardés, avec un impact pour 800 tonnes de marchandises évaluées à 1 million d’USD. Par ailleurs, 1 600 vols ont été concernés dans l’aviation générale, et 74 vols internes commerciaux ont dû être reprogrammés. Le syndicat a expliqué sur les réseaux sociaux et dans la presse que l’EANA ne voulait pas entendre raison.

« Notre arme la plus puissante, c’est une main-d’œuvre unie et la volonté d’aller jusqu’au bout », a déclaré Doino. « Les outils numériques nous ont permis de communiquer les uns avec les autres, même au plus fort de la pandémie, pour que nous puissions continuer à nous serrer les coudes tout en préservant la nature démocratique du syndicat. »

L’accord décroché par l’ATEPSA auprès de l’EANA prévoit :

  • La réintégration des personnels licenciés
  • Une meilleure sécurité d’emploi pour 600 travailleurs (30% du personnel) qui n’étaient pas en CDI, ainsi que pour tout nouveau salarié de l’entreprise
  • Des arriérés salariaux et des primes pour 2020, afin de compenser l’absence d’augmentation salariale dans ce pays à l’inflation galopante
  • Des augmentations salariales progressives en 2021 et jusqu’en 2022 (représentant une augmentation de 45%), avec une clause de renégociation en décembre de cette année
  • Un nouveau système disciplinaire en vertu duquel les différends doivent être réglés de façon équitable et immédiate
  • La décision que le syndicat sera autorisé à participer à la négociation des conditions de travail et de rémunération
  • La décision de mettre en œuvre la Convention 190 de l’OIT, rempart contre la violence au travail.