L’ITF appelle à la libération d’un responsable syndical iranien malade

L’ITF réclame la libération du syndicaliste iranien incarcéré Reza Shahabi, son état de santé étant jugé très préoccupant.

Reza Shahabi, responsable du syndicat de la régie des bus de Téhéran (Vahed), a été incarcéré en juin 2010, et a purgé une peine de 6 ans. Durant sa détention, il a dû subir une délicate intervention chirurgicale au niveau des cervicales et de la colonne vertébrale après avoir subi des violences physiques lors de son interrogatoire. Il s’était vu accorder un congé pénitentiaire pour sa convalescence. Il a été réincarcéré le 9 août 2017.

Au nom du syndicat Vahed, le Secrétaire général de l’ITF, Steve Cotton, a écrit au Guide de la Révolution de la République islamique d’Iran, l’Ayatollah Sayed ‘Ali Khamenei, le 3 janvier 2018, pour l’exhorter à obtenir la libération de Reza Shahabi. Il a indiqué que, à la réincarcération de Reza Shahabi, « les représentants du gouvernement ont considéré tout son congé médical comme une absence, et lui ont annoncé qu’il devrait passer 968 jours de plus en prison, alors que sa peine avait déjà été purgée dans son intégralité. »

« D’après mes informations, lors de la dernière visite de sa famille en prison le 13 décembre 2017, il avait les traits tombants sur le côté gauche du visage. Le docteur de la prison a indiqué qu’il avait été victime d’un léger AVC, mais qu’il n’avait pas été soigné assez rapidement et correctement. Même avant l’AVC, les médecins avaient déjà recommandé sa libération pour motifs de santé. Il souffre en effet d’hypertension, de fréquents saignements de nez, de céphalées intenses et chroniques, d’engourdissement des pieds, et d’une infection rénale. »

Et de conclure : « En tant que fondatrice de l’Organisation internationale du travail et membre actuel du Conseil d’administration de l’OIT, la République d’Iran s’est engagée à respecter les droits syndicaux. L’ITF croit fermement que la libération immédiate et inconditionnelle de Reza Shahabi, qui serait conforme à ces engagements, serait non seulement perçue comme un geste humain et de de bonne volonté, mais serait positive pour l’image de votre gouvernement au niveau international. »

Pour en savoir plus sur le soutien de l’ITF à Reza Shahabi et les interventions en sa faveur, notamment en septembre 2017, l’appel de l’ITF et d’autres syndicats mondiaux à une action urgente de l’OIT face aux agressions généralisées dont sont victimes les syndicalistes et les travailleurs en Iran.

Au vu des manifestations nationales en cours et des arrestations de manifestants, le 7 janvier, cinq organisations syndicales iraniennes indépendantes ont publié une déclaration pour protester contre la « répression sanglante et les arrestations massives d’étudiants et d’autres manifestants ». Il s’agit du Syndicat libre des travailleurs iraniens, de l’Association des travailleurs de l’électricité et de la métallurgie de Kermanshah, du Syndicat des peintres de la province d’Alborz, du Comité d’établissement d’organisations de travailleurs en Iran, et du Centre pour la Défense des droits des travailleurs en Iran (Kanon Modafean). En savoir plus (en farsi uniquement). 

Ajoutez votre commentaire

Tous les commentaires