Kenya recognition replacement
Cynthia Wanyonyi s’adressant à des travailleurs informels

Au Kenya, l’ITF aide un syndicat à obtenir sa reconnaissance

Un syndicat affilié à l’ITF, qui organise des travailleurs informels au Kenya, a remercié la Fédération de l’avoir aidé à obtenir sa reconnaissance officielle en convainquant le tribunal du travail que les travailleuses et les travailleurs informels avaient besoin des organisations syndicales.

Le Kenya Boda Boda, Tuk Tuk and Taxi Workers Union, le syndicat kenyan des chauffeurs de boda boda (ndt : taxis en vélo ou moto), de tuk-tuk (ndt : taxis en tricycle) et de taxi, a été créé en réaction à la hausse des emplois informels et des travailleurs se plaignant de harcèlement, et pour répondre aux préoccupations face à la nature précaire du travail et à la frustration générée par la manque de véritable organisation pour représenter et promouvoir leurs intérêts.  

La première demande d’enregistrement avait été rejetée par le Conseil national du travail, invoquant qu’il n’existait pas de relation employeur-employé claire dans le secteur informel du transport. Toutefois, le syndicat a fait appel en s’appuyant largement sur le rapport d’évaluation du projet de l’ITF sur les travailleurs informels et le tribunal chargé des questions de l’emploi et des relations de travail a autorisé son enregistrement le 20 décembre 2016.

Dans sa décision, le tribunal précise : « Lorsque les travailleurs de l’économie informelle s’organisent, ils tirent des bénéfices de leur affiliation à des organisations syndicales internationales dotées de moyens, comme l’ITF. D’une façon générale, cette association est bénéfique à l’économie nationale [...] L’organisation aide les travailleurs informels à combler les écarts existants au niveau de la protection sociale avec l’économie formelle, tout en veillant à ce que l’économie informelle, où prédomine un marché gris de l’emploi, ne bascule pas dans le marché noir. »  

Cynthia Bridget Wanyonyi, la Secrétaire générale du Kenya Boda Boda, Tuk Tuk and Taxi Workers Union, a déclaré : « Nous sommes tellement reconnaissants de l’aide que l’ITF nous a apportée pour parvenir à cette grande victoire qui comporte de véritables avantages pour les travailleurs informels du Kenya. »  

Alana Dave, Responsable de l’éducation à l’ITF et du programme de l’ITF « Nos transports publics », a ajouté qu’elle espérait que ce témoignage donnerait de l’espoir aux syndicats qui rencontrent les mêmes difficultés dans d’autres pays.

Lisez la décision de justice (en anglais).

Cliquez sur le lien pour en savoir plus sur le projet de l’ITF sur les travailleurs informels.

Ajoutez votre commentaire

Tous les commentaires