L’ITF condamne l’incarcération de Shahabi

L’ITF a condamné la peine de prison illégale et inhumaine prononcée contre le syndicaliste iranien Reza Shahabi, et a exigé sa libération immédiate et inconditionnelle ainsi que sa réintégration au travail.

La cour d’appel iranienne a confirmé le 11 décembre 2015 la condamnation à un an de prison prononcée contre M. Shahabi en mai de la même année, pour sa participation à une manifestation des détenus de la prison d’Evin le 17 avril 2014.

M. Shahabi, trésorier du syndicat des travailleurs des bus de Téhéran et de sa banlieue (Vahed), est en congé pénitentiaire pour raisons médicales après une opération du dos en septembre 2014. Il a été forcé à vivre hors de Téhéran, loin de sa femme et de ses enfants. Sa demande de reprise du travail a été refusée par les autorités, malgré le récent rapport du gouvernement iranien à l’OIT affirmant qu’il avait recouvré la liberté et repris le travail.

Le Secrétaire des transports internes de l’ITF, Mac Urata, a déclaré : « Il est difficile, pour la plupart d’entre nous, d’imaginer les persécutions incessantes infligées à Reza Shahabi – des mesures inhumaines et illégales pour sanctionner de simples activités syndicales menées dans le respect de la loi et garanties par les normes internationales du travail universelles. »

« Nous exigeons la libération immédiate de M. Shahabi et sa réintégration au travail. En tant que fédération syndicale internationale, nous ferons tout ce que nous pourrons pour soutenir notre affilié, le syndicat Vahed, dans son combat contre l’oppression. »

M. Shahabi a été arrêté pour la première fois en 2005 pour sa participation à une grève des chauffeurs de bus, avant d’être licencié. Il a une nouvelle fois été arrêté en 2010 et s’est vu interdire toute activité syndicale pendant cinq ans. Depuis, il a passé 22 mois en confinement solitaire, a été passé à tabac et a fait la grève de la faim à plusieurs reprises.

En février, le Secrétaire général de l’ITF, Steve Cotton, a appelé le nouveau président iranien Hassan Rouhani à agir contre les persécutions incessantes dont sont victimes les responsables du syndicat Vahed Davoud Razavi et Ebrahim Madadi.

Ajoutez votre commentaire

Tous les commentaires