Campagne du KRWU contre la privatisation

RSS Feed Click to subscribe to RSS feed

Le combat en cours des cheminots coréens

  • Informations sur la campagne

    L’affilié de l’ITF le Syndicat coréen des cheminots (KRWU) a commencé sa grève le 9 décembre 2013, en opposition au projet du gouvernement de fragmenter les infrastructures et opérations ferroviaires.

    Dans d’autres pays, notamment au Royaume-Uni, la privatisation avait déjà montré ses limites car elle était loin d’avoir généré les transports publics abordables, de grande qualité et accessibles à chacun, qu’elle avait fait miroiter. Les cheminots coréens ne voulaient pas que les mêmes erreurs se reproduisent dans leur propre pays.

    La grève des cheminots coréens était pacifique et totalement conforme au droit du travail national. Mais le gouvernement et Korail, la société nationale de chemins de fer, ont réagi de manière excessive. La grève a été déclarée illégale et des travailleurs allaient être appelés pour remplacer les grévistes.

    Une nouvelle fois, des travailleurs de tout le pays voyaient leurs droits fondamentaux violés ou bafoués.

    Soutien de l’ITF à la grève des cheminots coréens

    L’ITF estime que le transport ferroviaire doit être un service public et que les usagers doivent passer avant les profits. Elle a donc apporté son plein soutien à la grève. Nos alliés du mouvement syndical coréen et international, ainsi que les partis politiques et la population en général, ont également exprimé leur solidarité aux cheminots.

    Le KRWU a tenu bon, et l’ITF a organisé une visite de solidarité, parallèlement aux manifestations de masse et autres activités menées par les syndicats, notamment des actions à Séoul et des visites aux ambassades coréennes partout dans le monde. Les syndicats demandaient au gouvernement coréen et à Korail de reprendre les négociations avec le KRWU et de trouver une solution au conflit.

    Le KRWU a gagné une bataille, mais pas la guerre

    • 29 décembre 2013 : un accord est conclu avec les membres de l’Assemblée nationale de la majorité et de l’opposition. Celui-ci permet au KRWU de donner son avis sur le nouveau « Sous-comité de développement de l’industrie ferroviaire », placé sous l’égide de la Commission de l’Assemblée nationale sur l’aménagement du territoire, l’infrastructure et le transport.
    • Après 23 jours de grève, les cheminots reprennent le travail le 31 décembre 2013.
    • La délégation de l’ITF a contribué à sensibiliser les syndicats et les médias du monde entier aux problématiques sectorielles et aux violations des droits syndicaux en Corée.
    • 9 janvier 2014 : Pour coïncider avec le grand rassemblement de soutien aux droits syndicaux en Corée, des représentants du Trades Union Congress (TUC), de syndicats britanniques et d’Amnesty International rejoignent l’ITF lors de la manifestation devant l’ambassade coréenne à Londres, au Royaume-Uni. Cette manifestation fait suite au rassemblement organisé la veille à Melbourne, en Australie, à l’initiative du Maritime Union of Australia (MUA) et du Rail, Tram and Bus Union of Australia (RTBU).