Travail précaire

Lutter contre l’insécurité des travailleurs

Travailler sans garanties en termes d'heures ou de prestations, telles que de santé ou de retraite, devient de plus en plus la norme.

C’est ce que l’on appelle le travail précaire, informel, irrégulier, à court terme, temporaire, saisonnier, autonome, comme travailleur indépendant, sous-traité ou rémunéré en espèces – mais quel que soit son nom, les travailleurs sont souvent les perdants.

Un travail « jetable » pour des travailleurs des transports « jetables »

Pour certains, le travail informel est un choix, mais pour la plupart, notamment les jeunes, les migrants et les femmes, cela signifie simplement un moindre salaire, des normes de sécurité inférieures et un emploi qui peut être résilié sans préavis.

Les travailleurs précaires dans les transports routiers et urbains peuvent être :

  • Des « chauffeurs artisans » indépendants
  • Des chauffeurs de minibus employés temporairement par des conducteurs
  • Des vendeurs de rafraichissements ou d’essence dans les gares d’autobus ou les stations de taxis
  • Personnels de taxi-moto
  • Sous-traitants externalisés ou temporaires dans les transports publics
  • Travailleurs intérimaires d’agence, par ex dans les centres d’appels et les entrepôts

Les travailleurs informels des transports doivent parfois changer souvent d’emploi et accepter de travailler loin de chez eux. Il n’y a pas de formation ni de progression de carrière, ni de respect pour leur travail qualifié et parfois dangereux – le travail et les travailleurs sont considérés comme jetables.

Organisation des travailleurs précaires

Bien que nous fassions de notre mieux pour lutter contre l'érosion du travail décent, nous ne gagnerons jamais si nous n'organisons pas les travailleurs des transports qui sont déjà dans le travail précaire et informel.

Sinon, les entreprises recruteront davantage de travailleurs d'agence non-protégés pour pouvoir ignorer les droits et les conventions collectives.

Développer de nouvelles organisations, ou recruter un grand nombre de travailleurs informels, parfois avec différentes priorités que celles des membres existants, peut être un défi. Vous trouverez plus d’information dans la section sur le [travail précaire] (link to precarious work section) de ce site.

Lisez notre guide : L’organisation syndicale des travailleurs et travailleuses précaires des transports

Il contient des questions qu'il est important de poser si vous cherchez à adapter votre syndicat ou à en créer de nouveaux, notamment : avec qui travailler, quelles revendications présenter, et comment accueillir et intégrer les travailleurs informels. Des traductions sont disponibles.

Vous pouvez également lire et publier vos commentaires sur le blog des travailleurs informels qui contient des informations et encore plus de ressources sur les aspects pratiques de la recherche et de l’organisation, ainsi que des informations sur le projet de l’ITF sur les travailleurs informels.

Ajoutez votre commentaire

Tous les commentaires